Le Canada, ce pays-contient de plus de de 9 millions de km², est l’une des terres d’accueil les plus prisées du monde. Selon le rapport de Statistique Canada, dévoilé le 26 octobre, le nombre total d’immigrants est de l’ordre de 8 millions. C’est énorme pour un pays de 38 millions d’habitants. Qu’en est-il de la répartition de ces immigrants en matière de langue ?

En tout, c'est 1,3 million de nouveaux immigrants qui ont été reçus comme résidents permanents entre 2016 et 2021 et qui étaient présents au Canada lors du recensement de 2021. Ce chiffre porte à 8,3 millions le nombre de personnes ayant le statut de résidents permanents dans ce pays. Un record, puisque les immigrants représentent 23 %, soit près d’un quart de la population canadienne. Selon les analystes de Statistique Canada, qui ont tenu une conférence de presse à Ottawa, il s’agit d’un « seuil historique » jamais égalé.

Statistique Canada a également scindé les immigrants selon leur langue. L’une des conclusions qui en ressortent est que l’immigration francophone est insignifiante. « Elle balance entre 2,1 % et 3,4 % de la population immigrante récente », a fait savoir cet organisme. « La proportion d’immigrants récents établis à l’extérieur du Québec et n’ayant que le français comme première langue officielle parlée (PLOP) est de 2,1 %. Une légère baisse, si l’on compare aux données de 2016 qui en recensaient 2,6 % », détaille-t-on.

Canada : l’immigration économique en tête du podium

Les trois premiers pays de provenance des immigrants récents recensés, rapporte Statistique Canada, sont l’Inde, les Philippines et la Chine. « Dans le recensement, nous n’avons pas demandé pourquoi les gens étaient venus au Canada. Mais dans d’autres enquêtes, on voit que la famille, des possibilités d’emplois, un attrait pour le pays, des programmes d’immigration sont des raisons évoquées », affirme Hélène Maheux, analyste principale pour Statistique Canada. Mais la principale raison de l’immigration est économique : « les immigrants récents, selon le même recensement, arrivent au Canada le plus souvent sous la catégorie d’immigration économique ».

Par ailleurs, peut-on lire dans le rapport, « étant donné que la population du Canada continue de vieillir et que la fécondité est inférieure au niveau de renouvellement de la population, l’immigration est, à l’heure actuelle, le principal moteur de la croissance démographique ». Si les tendances se poursuivent, les statisticiens affirment que l’immigration pourrait représenter « de 29,1 % à 34,0 % de la population du Canada d’ici 2041 ».