Après la décision prise, dimanche 30 octobre, par les autorités algériennes de lever les restrictions sanitaires pour tous les voyageurs qui arrivent dans les ports, les aéroports et les postes frontaliers d'Algérie, les compagnies ont enfin mis leurs protocoles sanitaires à jour, mettant ainsi fin à la confusion qui régnait autour de cette question.

En effet, après la compagnie low cost française ASL Airlines et la compagnie aérienne nationale Air Algérie, les autres compagnies qui desservent les aéroports algériens, notamment depuis la France, ont mis à jour leurs protocoles sanitaires. Elles permettent enfin que les voyageurs se présentent au niveau des aéroports sans la peur au ventre. Sans le risque d'être refoulé, comme cela a été le cas auparavant.

C'est ainsi que les compagnies espagnoles desservant l'Algérie depuis la France, à savoir Volotea et Vueling, ont apporté un changement sur leurs sites respectifs. Ils n'y exigent plus le pass vaccinal complet de moins de neuf mois ou le test PCR de moins de 72 heures pour les voyageurs non-vaccinés. C'est le cas également de la compagnie Air France qui a mis à jour ses exigences sanitaires.

C'est ASL Airlines et Air Algérie qui ont communiqué en premier

C'est la compagnie française ASL Airlines qui a communiqué en premier sur la question. Elle sera suivie très vite par la compagnie aérienne algérienne qui a publié un communiqué sur les réseaux sociaux. « Air Algérie informe son aimable clientèle voyageant d'un État étranger vers l'Algérie que le dispositif de contrôle sanitaire aux frontières lié à la pandémie Covid-19 a été levé, conformément à la décision du Premier ministre publiée en date du 30 octobre 2022 », a affirmé, mercredi 2 novembre, la compagnie Air Algérie.

La décision de lever les restrictions sanitaires à l'arrivée en Algérie a été prise, dimanche 30 octobre, par les autorités algériennes, mais l'information n'avait pas bien circulé. Le ministère de la Santé a envoyé une correspondance aux directions de wilayas chargées de la santé pour les informer. Aussi, la Direction générale de l'aéronautique et de la météorologie a aussi informé les compagnies aériennes alors que le ministère des Affaires étrangères avait correspondu avec les ambassades d'Algérie dans le monde. Mais l'information n'a pas été rendue publique avant le mercredi 2 novembre alors que les voyageurs avaient besoin d'être informés sur la décision.