Pénalisation des relations sexuelles hors mariage : les Marocains veulent en finir

couple sur fond de coucher de soleil

Ce qui caractérise les sociétés dites arabo-musulmanes, auxquelles appartiennent en tout état de cause les pays nord-africains, est sans doute la vision portée sur les relations sexuelles hors mariage. Celles-ci, en plus d'être mal vues, notamment par la morale religieuse, sont clairement pénalisées par la loi. Une réalité qui réjouit certains et qui révolte bien d'autres. C'est le cas des Marocains, qui demandent plus de liberté en la matière.

En effet, c'est toute une lutte qui est actuellement menée par le Collectif 490 (Moroccan Outlaws) contre la pénalisation des relations sexuelles hors mariage. Une lutte qui, d'après ses initiateurs, ne cesse de s'intensifier à la lumière de la « misère sexuelle » de plus en plus pesante. Le mouvement en question semble bien savoir ce à quoi il aspire : il appelle à l'abrogation de l'article 490. Et pour donner à ce combat plus de consistance et de visibilité, le Collectif 490 vient de lancer une pétition nationale dont le nombre de signataires ne cesse d'augmenter.

« La pétition a été conçue le 25 octobre, mais la collecte des signatures durera le temps qu'il faudra, avec à chaque semaine, un point d'actualité sur le sujet que nous essaierons d'organiser dans nos locaux », explique Sonia Terrab, cofondatrice du Collectif 490. L'activiste a ajouté : « l'idée est de faire une campagne participative en postant davantage de vidéos sur le sujet pour appeler de plus en plus de gens à faire campagne avec nous ».

Maroc : Jusqu'à 1 an de prison pour une relation hors mariage

Selon le mouvement, la légitimité de l'article 490 « pour régir la vie sociale des Marocains est remise en cause aujourd'hui, de même que celle des acteurs chargés de son application comme la police, les tribunaux, etc. ». D'où « la nécessité de son abrogation », estime le collectif qui annonce que pour que la pétition soit officiellement acceptée par l'État marocain, il va falloir au moins 4000 signatures. « Les signataires de la pétition s'inscrivent publiquement contre la restriction des libertés individuelles des citoyens au Maroc », indique enfin le Collectif 490 dans un communiqué.

Pour rappel, l'article 490 du Code pénal marocain, que le collectif veut voir abrogé, punit « d'un mois à un an de prison toutes personnes de sexe différent qui, n'étant pas unies par les liens du mariage, ont entre elles des relations sexuelles ». Rappelons, en outre, que beaucoup de Marocains se voient traînés en justice pour des relations sexuelles hors mariage. En 2019, l'on a enregistré plus de 15'000 condamnations, alors qu'en 2020, quelque 13'000 Marocains et Marocaines ont été poursuivis pour ce chef d'inculpation.

Retour en haut
Share via
Copy link