Les marchés pétroliers traversent une période d'incertitude. Les prix sont instables. En effet, après avoir frôlé la barre des 100 dollars, il y a quelques semaines, le pétrole a repris avec sa tendance baissière. Ce samedi 26 novembre, le prix du Brent, référence du pétrole algérien, est cédé à 83,91 dollars, soit 10 dollars de moins qu'il y a 10 jours. De son côté, le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain est cédé à 76,55 dollars.

Les prix du pétrole ont donc atteint leur plus bas niveau depuis plusieurs mois. Ces prix ont été très impactés par la proposition des pays membres du Groupe des Sept (G7) d'un plafond de prix élevé pour le pétrole russe, atténuant ainsi les inquiétudes concernant les contraintes d'approvisionnement. Les prix du brut ont également été poussés à la baisse par une augmentation plus importante que prévu des stocks d'essence aux États-Unis, ainsi que par les inquiétudes persistantes concernant la demande mondiale de pétrole dans le contexte des restrictions liées au Covid en Chine.

Cours du Brent - Source : Boursorama

Cours du Brent - Source : Boursorama

Le marché reste ainsi instable et confirme les inquiétudes sur une chute plus importante des prix dans une conjoncture de récession en Europe et de crise en Chine. Ce recul des prix est également le résultat de la proposition du G7 de plafonner le prix du pétrole maritime russe entre 65 et 70 dollars le baril. Une proposition qui attend l'aval des membres de l'Union européenne (UE). Ce plafonnement plus haut que prévu pourrait, selon les spécialistes, encourager la Russie à continuer de vendre son pétrole et réduire la probabilité d'une pénurie d'approvisionnement sur les marchés pétroliers.

À lire aussi :  Voitures de moins de 3 ans : la Douane explique les taxes

D'un autre côté, la situation économique en Chine qui voit le retour de la pandémie du Covid a un énorme impact sur les prévisions concernant la demande mondiale en pétrole. En effet, l'élargissement des restrictions liées au coronavirus en Chine, dans un contexte d'augmentation du nombre d'infections, rend les investisseurs plus préoccupés par la santé de l'économie chinoise et le recul de sa demande en pétrole.