Certains Algériens ne cessent de défrayer la chronique judiciaire en France. Accusés de viols, de vols et agressions, ces Algériens alimentent la chronique faits divers, et apportent de l'eau au moulin de certains courants politiques en France. Cette fois, c'est un homme âgé de 38 ans qui se retrouve au banc des accusés. Il  a été entendu le 22 novembre par la cour d'appel de Versailles (Yvelines), pour avoir organisé l'agression et le vol d'une femme de 90 ans.

Les faits se sont produits au mois de juillet 2022. La vieille nonagénaire a été agressée à Bois-Colombes, dans les Hauts-de-Seine. Cette victime, âgée de 90 ans, se rendait ce jour-là au marché de Bois-Colombes avec son déambulateur. De retour devant son immeuble, un inconnu lui propose de l'aider en lui tenant la porte. Une fois dans le hall, l'homme lui donne un coup de pied dans la hanche. La vieille dame chute et son agresseur en profite pour lui voler deux bracelets en or sertis de pierres précieuses, avant de disparaître.

La victime a été conduite à l'hôpital américain de Neuilly-sur-Seine où les médecins lui accordent six jours d'incapacité totale de travail. Traumatisée, elle ne parviendra pas à identifier formellement son agresseur.

De son côté l'accusé nie les faits. Son avocat affirme que le dénommé Kamel est injustement incarcéré depuis cinq mois. Ce père de famille a été arrêté puis écroué en juillet dernier. Il est accusé d'avoir participé à l'agression d'une nonagénaire, dans le but de la voler, à Bois-Colombes. Depuis son box de la Cour d'appel de Versailles, dans les Yvelines, cet Algérien de 38 ans a une nouvelle fois nié toute implication dans ces faits que l'avocat général juge « particulièrement choquants ». L'accusé a affirmé devant la Cour avoir prêté, le jour de ces faits, son véhicule à son voisin résidant en Belgique.

À lire aussi :  Démantèlement à Béjaïa d'un réseau de faux visas dirigé par une femme