Un Algérien, âgé de 24 ans et en situation irrégulière, a été condamné pour avoir commis, la semaine dernière, 4 agressions sexuelles en l’espace de 24 heures, dont deux sur des mineurs, dans les rues de Paris. Le mis en cause, qui s’était dans un premier temps présenté aux policiers comme un mineur marocain, a été condamné à 4 ans de prison ferme.

Les faits remontent à la matinée du vendredi 18 novembre, lorsqu’un jeune de 18 ans se rendant à son lycée est abordé vers 7 h 30 par un inconnu dans la rue de Lourmel (XVe). « Sous la menace d’un couteau, l’inconnu aurait imposé au jeune lycéen des attouchements sur ses parties génitales. Il lui aurait déclaré également être porteur d’une arme de poing afin de l’intimider », relate une source proche de l'enquête citée par TF1. Le passage d'une femme dans la rue a permis au jeune lycéen de prendre la fuite, ajoute la même source.

Alertés, les policiers se lancent à la recherche de l'agresseur. Ce dernier a été repéré une heure plus tard alors qu'il rôdait autour de l'école Saint-Élisabeth, située dans la même rue. « Vers 8 h 30 l'agresseur présumé s'en serait pris à un autre jeune garçon, âgé de 16 ans, et a voulu l'agresser sexuellement. Ce dernier ne s'est pas laissé faire et lui a mis son poing dans la figure », poursuit la même source.

À lire aussi :  Un Algérien sous OQTF défigure son ex-compagne avec un cutter

Le sans-papiers algérien a voulu se passer pour un mineur isolé marocain

L'homme a finalement été interpellé le lendemain, le samedi 19 novembre, par des policiers de la Brigade des réseaux franciliens (BRF) après une nouvelle agression sexuelle sur un mineur dans un RER, relate le site Actu 17. Malgré de nombreux éléments le mettant en cause, ce ressortissant algérien en situation irrégulière sur le territoire français a nié les faits jusqu'au bout. « Les examens ont montré qu'il avait bien consommé de la cocaïne récemment », précise-t-on de même source.

Le sans-papiers algérien avait même tenté de se faire passer pour un mineur marocain, mais sans succès. « Il a maintenu être un mineur marocain âgé de 16 ans, mais les enquêteurs ont fini par l'identifier comme étant un Algérien de 24 ans, étant donné qu'il était déjà connu de leurs services », explique la même source. Présenté devant la justice, le jeune algérien a été condamné, le mardi 22 novembre, à 4 ans de prison ferme. Il sera placé en rétention administrative en vue de son expulsion vers l’Algérie au terme de sa peine de prison.