Les choses se précisent de plus en plus pour le projet Fiat Algérie. En effet, le Groupe Stellantis a signé, hier, le nouveau cahier des charges ainsi qu'une convention avec l'Agence algérienne de promotion de l'investissement (AAPI), en application de l'accord-cadre signé en octobre dernier portant le lancement du projet de construction automobile en Algérie de la marque italienne Fiat, filiale du groupe. Selon un communiqué rendu public à l’occasion de cette signature, la capacité de production initiale de l'usine sera de 60 000 véhicules par an à partir de la première année, et atteindra 90 000 véhicules par an.

« Cette convention vient couronner la promulgation du décret exécutif N 22-384 du 17 novembre 2022, fixant les conditions et les modalités d’exercice de l’activité de construction de véhicules », d'après un communiqué conjoint du ministère de l'Industrie et du Groupe Stellantis. Rappelons que le ministère de l'Industrie et le groupe italien de construction automobile Fiat, filiale du Groupe Stellantis, avaient signé, le 13 octobre dernier, une convention-cadre portant développement de l'industrie automobile et la construction de véhicules de la marque italienne.

Fiat Algérie : Un taux d'intégration de 70 % à l'horizon 2030

L'usine automobile Fiat sera implantée dans la commune de Tafraoui dans la wilaya d'Oran, sur une assiette foncière de 40 ha et une autre adjacente sur une superficie de 80 ha consacrée aux fournisseurs locaux et aux entreprises sous-traitantes. Ces espaces seront de nature à aider au développement d'un véritable écosystème à travers un plan d'intégration local. Aussi visent-ils à améliorer le savoir-faire des acteurs existants en Algérie, et à trouver de nouveaux acteurs pour réaliser les moyennes d'intégration requises dans le cahier des charges.

À lire aussi :  Voitures de moins de 3 ans : la Douane explique les taxes

Dans son plan stratégique de 2030, Stellantis a annoncé son ambition d'atteindre une capacité de production d'un million de véhicules par an d'ici 2030 dans la région Afrique et Moyen-Orient, et veut réaliser une autonomie industrielle de 70 %. Conformément au plan stratégique régional, le projet de la marque Fiat en Algérie repose sur trois piliers intégrés. Il s'agit du développement d'un réseau de fournisseurs performants, la contribution à la création de sessions de formations supérieures et professionnelles pour l'industrie automobile, et, enfin, la production, la commercialisation et l'exportation des véhicules suivant les normes internationales.