Le marché noir des devises en Algérie connait de nouveaux changements. Les devises européenne et étasunienne sont dans deux dynamiques différentes. En effet, l'euro boosté par sa hausse sur les marchés financiers internationaux est également en hausse sur le marché noir. Quant au dollar, il semble que sa période de flambée s'est estompée. Le billet vert connait un net recul sur le marché noir.

Ainsi, ce jeudi 8 décembre les devises étrangères connaissent des fortunes diverses. L'euro est en hausse sur les principales places de change au noir, à l'instar du square Port-Saïd d'Alger. Un euro s'échange à 215 dinars à l'achat et 217 dinars à la vente. Quant au dollar américain, les combistes l'annoncent à 207 à l’achat et 211 à la vente. L'USD recule donc et devient moins valorisé que l'euro, principale devise des commerçants, des importateurs et des émigrés algériens. Cette devise reprend donc sa place d'il y a quelques semaines avant l'effondrement de l'euro sur les marchés financiers internationaux. De son côté, le dollar canadien reste relativement stable. Il s'échange à 155 dinars algériens à l’achat et 157 dinars à la vente.

Par ailleurs, sur le marché officiel, la devise européenne continue son ascension. L'euro est échangé ce jeudi 8 décembre à 144.94 dinars à l'achat et 144.97 dinars à la vente, selon les cotations de la banque d'Algérie. De son côté, le dollar américain connait un net recul sur ce marché. Il s'échange à 137.92 dinars à l'achat et 137.94 dinars à la vente.

À lire aussi :  Voitures de moins de 3 ans : la Douane explique les taxes

Il faut dire qu'après une longue léthargie, causée par la crise sanitaire et la fermeture quasi totale des frontières algériennes, le marché noir retrouve des couleurs grâce à des annonces qui augmentent la demande sur les devises. En effet, depuis la reprise des vols et des voyages entre l'Europe et la rive sud de la Méditerranée, le marché noir avait besoin d'un coup de fouet. Et c'est l'effet qu'ont eu les annonces de l'autorisation d'importation des véhicules d'occasion et de la reprise de l'activité des concessionnaires automobiles, bloquée depuis plusieurs années.