Prix du pétrole : Des perspectives optimistes

En cette fin d'année, les prix du pétrole connaissent des niveaux relativement bas par rapport aux prix en début d'année, lorsque la guerre en Ukraine a éclaté. Cependant, cette situation ne va pas durer, selon plusieurs experts. En effet, multiples éléments plaident pour une montée des prix des hydrocarbures.

Les prémices de cette augmentation sont déjà là. Les prix du pétrole ont augmenté pour une deuxième journée consécutive ce mardi 13 décembre. Cette hausse a eu lieu  alors qu'un oléoduc clé alimentant les États-Unis, le plus grand consommateur de brut au monde, est resté fermé et que l'on s'attend à ce que l'assouplissement des restrictions sur le Covid en Chine, le deuxième plus grand utilisateur mondial, stimule la demande.

Ainsi, ce mardi, les contrats à terme sur le pétrole brut Brent, référence du pétrole algérien, ont augmenté de 64 cents, soit 0,8 %, à 78,63 dollars le baril, tandis que les contrats à terme sur le pétrole brut américain West Texas Intermediate (WTI) ont gagné 64 cents, soit 0,9 %, à 73,81 dollars.

Économie Gaz : Les exportations de l'Algérie vers l'Espagne en hausse

Il faut dire également que la fermeture du pipeline Keystone de TC Energy Corp, qui expédie environ 620 000 barils par jour de brut canadien de l'Alberta vers les États-Unis, a resserré l'offre et fait naître la perspective d'une baisse des stocks au centre de stockage de Cushing, en Oklahoma. Cushing est également le point de livraison du contrat à terme sur le brut WTI.

Les prix du gaz restent 6 à 7 fois plus élevés que leur moyenne historique

Par ailleurs, les analystes de Bank of America s'attendent à ce qu'une réouverture économique réussie en Chine, combinée à un pivot dovish de la Réserve fédérale américaine sur ses augmentations de taux d'intérêt, puisse stimuler la demande de carburant et propulser les prix du pétrole Brent au-dessus de 90 dollars le baril dans quelques semaines.

Dans une note rapportée par la presse, la banque américaine a expliqué que l’assouplissement des règles Covid-19 de la Chine entraînerait probablement une hausse de la demande de pétrole et, par conséquent, les prix pourraient augmenter d’environ 15 dollars par baril. « La demande chinoise de pétrole pourrait augmenter d'un million de barils par jour en moyenne de 2022 à 2023 », a déclaré l’unité de recherche économique de la banque.

En ce qui concerne le gaz « les prix restent 6 à 7 fois plus élevés que leur moyenne historique », en raison de l’invasion russe de l’Ukraine, notent les analystes de la holding financière américaine JP Morgan, qui  ont rappelé que la baisse récente des prix « n’est pas un retour à la normale ».

Économie Hyundai va fabriquer 5 modèles de véhicules en Algérie


Vous aimez cet article ? Partagez !