Un hélicoptère de l’Armée nationale populaire (ANP) s’est écrasé, ce lundi 23 janvier 2023, lors d’une mission d’entrainement dans la région d’El Attaf, dans la wilaya d’Aïn Defla, à environ 200 km à l’ouest d’Alger. Les 3 membres d’équipage de cet appareil de type MI-171, le colonel Manari Mourad, le commandant Dahmani Mousssa Mohamed et le sergent contractuel Cheboua Oussama ont péri dans ce crash. Le chef de l’État Abdelmadjid Tebboune a adressé, dans un message publié sur Facebook, ses condoléance aux familles des victimes de cet accident.

photo crash hélicoptère armée ain defla 2022

Photo du crash d'hélicoptère de l'Armée algérienne à Aïn Defla, en janvier 2022

« Lors d’une mission de vol d’entraînement planifié, un hélicoptère de type MI-171 s’est écrasé dans l’après-midi [du] lundi 23 janvier, aux environs de la localité d’El Attaf dans la Wilaya de Aïn Defla », a indiqué le ministère de la Défense nationale dans un communiqué publié sur son site. Ce crash a causé la mort du colonel Mourad Menari, du commandant Moussa Mohamed Dahmani et du sergent Oussama Cheboua, selon la même source.

Le général d’Armée Saïd Chengriha, chef d’état-major de l’ANP, a présenté ses sincères condoléances et sa profonde compassion avec les familles et les proches des Chouhada. Le général a aussi ordonné l’ouverture d’une enquête pour déterminer les causes et les circonstances de cet accident.

À lire aussi :  Conseils et adresses utiles pour les proches des harraga disparus

Le 28 mars dernier, un avion de combat de l’ANP de type Mig 29 s’était écrasé juste après son décollage de la base aérienne militaire de Bousfer près d’Oran. Un militaire avait été tué. Le commandant et son copilote avaient réussi à s’éjecter.

Le 27 janvier 2020, un avion militaire s’est écrasé dans la wilaya d’Oum El Bouaghi. Le chasseur bombardier Sukhoï 30 appartenant au 121e escadron de chasse s’est écrasé en soirée lors d’un exercice de routine dans une zone agricole de la commune Aïn Zitoun faisant deux morts – le pilote et son assistant.

Le 11 avril 2018, le crash d’un avion militaire peu après son décollage près de la base aérienne militaire de Boufarik à 30 km au sud d'Alger avait fait 257 morts. Le crash s'est produit dans une zone inhabitée – un champ situé à une centaine de mètres des murs d'enceinte de la base aérienne. C'est l'accident aérien le plus meurtrier de l’histoire de l’Algérie. Un deuil national de 3 jours avait même été décrété par le défunt chef de l’État Abdelaziz Bouteflika.