Les cours du pétrole montent dans un marché instable

Les marchés pétroliers ont renoué avec leur instabilité ces derniers jours. Les cours varient de jour en jour dans un climat ou plusieurs paramètres sont inconnus. Le samedi 4 mars, le prix du pétrole a connu une hausse. Le pétrole brut Brent, référence du pétrole algérien, a nettement augmenté. Il est cédé à 86 dollars le baril. De son côté, le brut américain West Texas Intermediate (WTI) a également connu une nette hausse. Il est cédé à 79,85 dollars le baril.

Ainsi, les cours ont connu une hausse significative par rapport aux derniers jours. Ils sont poussés par de bons indicateurs chinois et un sursaut de la demande américaine d’essence. Cependant, ces prix restent dans un couloir instable et n'arrivent pas à évoluer depuis plusieurs mois. Il faut dire que ces derniers jours plusieurs signent vont dans le sens de la hausse des prix. En effet, La reprise économique chinoise devient du concret. Cette reprise est confirmée dans deux indices d’activité PMI pour février très supérieurs aux attentes. « Il semble que la réouverture de l’économie, après près de trois ans de blocage rigide, commence à porter ses fruits », a souligné Tamas Varga, de PVM Energy.

Un autre facteur conforte cette tendance haussière. Il s'agit de la contraction des stocks américains d’essence et d’une hausse de la demande quotidienne, à plus de 9 millions de barils par jour pour la première fois depuis deux mois. Une nouvelle qui satisfait les opérateurs économiques. Toutefois les stocks de brut ont augmenté pour la dixième semaine consécutive, mais moins qu’attendu, à 1,2 million de barils contre 1,9 anticipé.

Économie L'Algérie signe un contrat historique pour son projet solaire

Les deux indices pourront donc faire sortir le pétrole de la fourchette dans laquelle il était conique depuis deux mois. Mais la prudence est de mise. En effet, face à la relance chinoise s’oppose une conjoncture mondiale très incertaine, minée par un resserrement monétaire général toujours en cours. « On est en position d’attente », explique Andy Lipow, de Lipow Oil Associates, quant à la trajectoire de l’économie, mais aussi à l’ampleur effective du rebond chinois et aux effets des sanctions internationales sur les exportations russes.

Les marges des prix restent donc étroites en raison de « l’inquiétude persistante concernant l’inflation qui freinera toute reprise prolongée dans un avenir proche », affirme Tamas Varga. Par ailleurs, le renforcement du dollar est également un obstacle pour le marché pétrolier. Un dollar plus fort rend donc le prix du baril plus élevé, ce qui peut dissuader une partie de la demande et mettre les cours sous pression. Pour l'avenir proche, les analystes prévoient les cours prendre de la hauteur cet été avec la dissipation des incertitudes et finir l’année en trombe. Ils tablent sur un Brent proche de 95 dollars. Une bonne nouvelle pour l'économie algérienne.


Vous aimez cet article ? Partagez !