Les projections du FMI sont moins pessimistes pour les pays émergents, dont l'Algérie

Le monde connait des transformations majeures. La guerre en Ukraine fait rejaillir le spectre de la guerre froide et les luttes des pôles. Plusieurs puissances contestent aux États-Unis leur rôle de leadership mondial. Cette guerre géostratégique a également produit des mutations économiques. Le dollar comme monnaie prépondérante est également remis en cause. Le monde se cherche. Des blocs se font et se défont. Les relations internationales évoluent.

Dans ce contexte, l'économie mondiale est impactée. La croissance recule et l'inflation bat des records. Ce constat n'est pas prêt de changer. Les institutions monétaires internationales ne cessent d'alerter sur la stagnation de l'économie mondiale. Le Fonds monétaire international (FMI), dans ses nouvelles projections livrées le 11 avril en marge des réunions de printemps avec la Banque mondiale, est, le moins que l'on puisse dire, pessimiste pour l'avenir à moyen et long terme. Il prévoit des perspectives incertaines et une reprise chaotique pour l’économie mondiale.

Le FMI explique ses prévisions par « les perturbations du secteur financier, le niveau élevé de l’inflation, les effets de l’invasion de l’Ukraine par la Russie et l’héritage de trois années de pandémie de Covid-19 ». L'institution financière prévoit un taux de croissance mondiale à 2,8 % en 2023 avant de s’établir à 3 % en 2024.

Économie Réserves d'or et production aurifère en Algérie : Tout ce qu'il faut savoir

Cependant, le FMI est moins pessimiste pour certains pays. Ainsi, la croissance économique de nombreux pays émergents et en développement va s'accélérer, en passant de 2,8 % en 2022 à 4,5 % en 2023. Parmi ces pays, la Chine et l’Inde s'en sortent le mieux. Ils auront des performances respectives de 5,2 % et 5,9 %. De son côté, l'Algérie, loin de briller sur ce plan, conserve tout de même une bonne croissance par rapport aux pays développés. Le FMI prévoit ainsi un taux de croissance de 2,6 % en 2023 et en 2024, contre 2,9 % en 2022. Un taux pas très élevé, mais qui est cependant au-dessus de celui de la zone euro.

L'institution financière s'est également prononcée sur l'inflation. Le FMI prévoit une inflation globale mondiale de 7 % en 2023, contre 8,7 % en 2022. Il affirme que c'est le résultat de la baisse des prix des produits de base. L'institution financière avertit tout de même que « dans la plupart des pays, l’inflation ne devrait pas revenir à son niveau cible avant 2025 ».


Vous aimez cet article ? Partagez !