L'Algérie achète du blé du Mexique et du Canada : Le blé français écarté ?

Algérie - Champ de blé

L'Algérie, qui est parmi les plus grands importateurs de blé russe, a pris ses précautions depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine en se tournant à nouveau vers le marché français. Les exportations françaises de la céréale vers l'Algérie ont totalisé 1,497 million de tonnes sur la première moitié de la campagne commerciale 2022/2023 (juillet-décembre), soit une hausse de 30 % par rapport à l'année précédente. Cependant, en ce mois d'avril, il semblerait que le vent ait tourné.

En effet, l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) vient d’acheter entre 400'000 et 450'000 tonnes de blé dur dans la cadre d’un appel d’offres international, selon plusieurs médias spécialisé. Ce blé importé par l'Algérie provient du Mexique et du Canada avec une moitié de la marchandise pour chaque origine.

Les médias qui ont donné l'information affirment que le prix d’acquisition des céréales mexicaines oscille entre 412 et 413 dollars la tonne comprenant le coût et le fret (C&F) pour les expéditions par grands vraquiers panamax, et entre 422 et 423 dollars la tonne pour les navires plus petits en provenance de ce pays de l’Amérique latine. En ce qui concerne le blé acheté au Canada, son prix est estimé entre 423 et 424 dollars la tonne C&F pour les expéditions par grands vraquiers panamax et d’environ 430 dollars la tonne C&F pour les navires plus petits et plus maniables en provenance de ce pays. Il faut souligner que l’appel d’offres portait sur quatre périodes d’acheminement de la marchandise, à savoir du 1er au 15 mai, du 16 au 31 mai, du 1er au 15 juin et du 16 au 30 juin.

L'Algérie achète donc une grande quantité de blé au Canada et au Mexique. D'où les interrogations sur le blé français. En effet, ce blé qui a repris sa place sur le marché algérien ne fait pas partie de cette nouvelle commande. Le blé français subi-t-il les conséquences de la décision de l'Agence française de sécurité sanitaire (Anses) qui n'autorise pas, à compter du 25 avril, l'utilisation de l'insecticide PH3 (ou phosphine) en fumigation des cales des navires qu'à la condition qu'il ne soit pas « au contact direct des céréales » ?1 Les Français n'ont-ils pas répondu à l'appel d'offres algérien ? Se sont les questions qui se posent et dont les réponses seront données au fil du temps.


  1. La France risque de ne plus pouvoir exporter son blé vers l'Algérie 

Retour en haut
Partager via
Copier le lien