CAN U17 : L'Algérie répond aux exigences du Maroc

Nouveau rebondissement dans l'affaire de la participation de la sélection marocaine à la phase finale de la Coupe d'Afrique des nations (CAN) des U17 qui aura lieu entre le 29 avril et le 19 mai 2023 en Algérie. L'Algérie a répondu à la Confédération africaine de football (CAF) concernant l'exigence marocaine d'un vol direct pour les U17 du royaume chérifien.

Comme pour le Championnat d'Afrique des nations (CHAN 2023) qui a eu lieu en Algérie du 13 janvier au 4 février 2023, le Maroc, par le biais de la Fédération royale marocaine de football (FRMF) de Fouzi Lekjaa, a encore une fois saisi l'Instance africaine de football pour exiger un vol direct vers Constantine pour sa sélection des moins de 17 ans. C'est une exigence politique pour participer à une compétition sportive que les autorités algériennes ne pouvaient accepter, étant considérée comme une question de souveraineté.

Mais l'Algérie tente de trouver une solution à l'aspect sportif de la problématique sans que le volet politique vienne bloquer les choses, et ce, pour éviter le boycott par le Maroc de la CAN U17. Selon le site spécialisé La Gazette du Fennec, l'Algérie a donné une réponse à l'Instance présidée par Patrice Motsepe qu'il faudra transmettre aux dirigeants de la Fédération marocaine de football.

Sports Fin du contrat de Petkovic : La FAF dément et saisit la justice

L'Algérie prête à assurer un vol direct aux U17 marocains

Selon la même source, l'Algérie a informé la Confédération africaine de football qu'elle était prête à envoyer un avion d'Air Algérie pour prendre en charge le transfert de la sélection marocaine des U17 sur un vol spécial et direct vers l'aéroport de Constantine. D'autres sources estiment que l'Algérie accepte un vol direct pour la délégation marocaine à bord d'un avion de n'importe quelle compagnie, à l'exception de la Royal Air Maroc (RAM) qui fait l'objet d'une interdiction de survol par les autorités algériennes.

« Ce sont aussi nos enfants et nous les mettons au-dessus de nos têtes », auraient affirmé les dirigeants algériens, en parlant des U17 marocains, et selon la célèbre expression populaire en vogue dans les sociétés d'Afrique du Nord. Une façon de dire que les Lionceaux de l'Atlas seront bien pris en charge et seront mis sous la protection des autorités algériennes qui n'ont pas manqué de rappeler que « l'interdiction de survol du territoire algérien par les appareils de la RAM est une décision souveraine qui n'accepte pas la négociation ».


Vous aimez cet article ? Partagez !