Malgré les efforts de l'OPEP, les prix du pétrole de nouveau en baisse ; en voici la raison

Le yo-yo des cours du pétrole continue. L'or noir est devenu instable, oscillant. Après une période prolongée de déclin, les cours du pétrole ont repris et ont même dépassé les 80 dollars le baril, seuil symbolique. Cette évolution a été influencée par la baisse du dollar et la publication de données sur l'inflation aux États-Unis. Cependant, cette reprise n'a été que de courte durée, car les marchés ont été affectés par les données moroses de l'économie mondiale.

Ce jeudi mardi 18 juillet, les cours du pétrole confirment leur tendance baissière.  Le baril de Brent, référence du pétrole algérien, est cédé à 78,82 USD. De son côté, le brut américain West Texas Intermediate est cédé à 74,45 USD. La baisse n'est pas alarmante, mais révèle l'instabilité de ces marchés impactés par plusieurs facteurs.

En effet, les cours du pétrole ont reculé en raison notamment de la situation de l'économie chinoise. « Les prix du pétrole ont chuté […] à la suite de la publication de chiffres plus faibles que prévu concernant le PIB chinois », affirment certains analystes. Les chiffres rendus publics révèlent que la croissance du PIB de la Chine s'est tassée à 0,8 %, u deuxième trimestre 2023, alors qu'elle a connu une hausse de 2,2 % sur la période janvier-mars. Le premier importateur de pétrole au monde est donc en panne. Les chiffres publiés par le Bureau chinois des statistiques (BNS) confirment les difficultés de ce pays à se relancer après avoir souffert de la crise sanitaire.

Économie Gaz : Les exportations de l'Algérie vers l'Espagne en hausse

La Libye renfloue le marché avec 300'000 barils par jour

Cependant, les chiffres de cette économie ne sont pas les seuls responsables du repli des prix du pétrole. L'offre, qui s'est resserrée après la décision de l'Arabie saoudite et de la Russie de réduire leurs productions, a connu une nouvelle donne. La production a repris sur les gisements pétroliers majeurs d'al-Charara et al-Fil en Libye, après une fermeture forcée le 13 juillet. Le retour à la production de ce gisement approvisionne le marché de 315'000 barils par jour.

Cela a donc renforcé l'offre et a contribué au recul des prix du pétrole sur les marchés. Cependant, il faut dire que cette situation pourra changer très rapidement. En effet, les investisseurs s'attendent à un possible resserrement de l'offre de pétrole brut aux États-Unis. Un resserrement qui va une nouvelle fois booster les prix de l'or noir.


Vous aimez cet article ? Partagez !