Avant l'annonce de la Fed, les prix du pétrole se maintiennent à des niveaux élevés

Après une longue période de doutes, il semble que les marchés aient repris confiance dans le secteur des hydrocarbures. En effet, le marché pétrolier se stabilise de plus en plus et les prix se maintiennent à des niveaux élevés par rapport au début de l'année. Les prix dépassent même la barre symbolique des 80 dollars, un seuil rarement atteint en 2023.

Ce mercredi 26 juillet, les cours du pétrole poursuivent leur ascension avec le baril de Brent à 82,38 USD et le brut américain West Texas Intermediate à 78,80  USD. Cette hausse commence à devenir importante et  renforce l'espoir d'un redressement plus significatif dans les jours à venir pour les pays producteurs. Elle est notamment dopée par les baisses volontaires de production de membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et de ses partenaires (OPEP+). En effet, l'Arabie Saoudite et la Russie ont réduit drastiquement leurs productions, ce qui a équilibré le marché devant la demande qui a également reculé, ces derniers mois.

Cependant, les prix risquent de connaître un nouveau recul. Les cours du pétrole attendent la décision de la Fed  (Réserve fédérale des États-Unis) sur ses taux. Une décision qui sera rendue publique ce mercredi 26 juillet. Les prix du pétrole risquent effectivement de rentrer dans une nouvelle tendance baissière dans le cas d'une hausse des taux par la banque centrale américaine. Une hausse qui est largement attendue par les investisseurs, mais la question est de savoir dans quelle mesure de nouvelles montées des taux sont possibles dans les mois à venir, alors que l'inflation recule aux États-Unis et que l'économie montre des signes de faiblesse.

Économie Transformation numérique et nouvelles réglementations : Les défis du secteur bancaire et de l'assurance

Han Tan, analyste chez Exinity, explique les conséquences de cette hausse sur les marchés paroliers. « Si la Fed laisse la porte ouverte à de futures hausses des taux [pour lutter contre l'inflation] cela pèsera sur de nombreux actifs, dont le pétrole », indique-t-il.

Par ailleurs, il faut dire que des experts prévoient un autre scénario. Les prix du pétrole devraient augmenter à 86 dollars le baril à la fin de l’année, contre 80 dollars actuellement, car la demande de pétrole record et la baisse de l’offre entraîneront un important déficit du marché, explique Goldman Sachs. Le responsable de la recherche pétrolière dans cette banque déclare : « Nous nous attendons à des déficits assez importants au second semestre avec des déficits de près de 2 millions de barils par jour au troisième trimestre alors que la demande atteint un niveau record ». Les marchés pétroliers connaîtront donc une embellie avant la fin de l'année si l'OPEP+ garde les quotas actuels.


Vous aimez cet article ? Partagez !