Accident du Tariq Ibn Ziyad à Alicante. La porte d'embarquement endommagée

Après une saison estivale quasi cauchemardesque, avec d'interminables perturbations, retards, reports et annulations de traversées, la compagnie maritime nationale n'avait vraiment pas besoin de ce nouveau souci. Mais voilà, un accident a été enregistré à Alicante avec le carferry Tariq Ibn Ziyad, qui a heurté un quai au port de cette ville côtière espagnole.

En effet, une collision a provoqué des dégâts à la coque du navire Tariq Ibn Ziyad alors qu'il accostait le mardi 22 août au port d'Alicante, en Espagne. Pour des raisons encore indéterminées, le bateau d'Algérie Ferries est entré en collision avec le quai. Si les passagers ont eu plus de peur que de mal, la coque du navire a subi de sérieux dégâts.

De toute évidence, la compagnie maritime algérienne n'a donné aucune précision sur l'accident, comme son degré de gravité ou la durée de suspension des traversées pour le Tariq Ibn Ziyad. Mais une source au sein de la compagnie Algérie Ferries a fait savoir que la collision a causé des dégâts importants à l'arrière du carferry, précisant que la porte d'embarquement a été endommagée et doit être réparée. Une mise à l'arrêt pourrait même intervenir pour ce navire de la compagnie maritime algérienne avant la réparation des dommages.

Voyage & Immigration Visa de travail : Ce métier est en pénurie en Italie et en Espagne

Il faut noter que le Tariq Ibn Ziyad venait d'arriver du port d'Oran et devait faire sa traversée retour le même jour, mais il est clair que la nouvelle traversée doit être reportée en raison de l'accident de ce mardi. Selon le degré de gravité des dommages, le carferry devrait cesser temporairement ses traversées, ce qui n'arrange pas vraiment les affaires d'Algérie Ferries, surtout que le Tariq Ibn Ziyad a déjà eu des soucis techniques avant la saison estivale.

En fait, ce n'est pas le premier déboire du Tariq Ibn Ziyad qui a été bloqué en novembre 2022 au port d'Alicante pour des problèmes de sécurité qui imposent à chaque port la mise sous embargo de tout navire, quelque soit son pavillon et sa nationalité. Il a fallu qu'il soit confié à l'Entreprise de réparation navale (ERENAV) d'Oran pour qu'il soit remis en état de marche. Des mois de réparation et d'opérations de lifting ont permis au navire de reprendre la mer en mars 2023.


Vous aimez cet article ? Partagez !