En difficulté, le blé français attend le résultat d'un appel d'offres algérien

Le blé français se trouve en difficulté face à la concurrence. Les clients traditionnels de la France, notamment l'Algérie et le Maroc, se sont tournés vers le blé russe pour des raisons économiques, mais aussi politiques. Devant cette situation, la filière céréalière française a du mal à trouver des clients pour écouler sa production.

Le blé d'Euronext, dont le français, est stagné sur les marchés étant donné que les négociants attendent le résultat d'un appel d'offres à l'importation algérien comme mesure supplémentaire de la concurrence à l'exportation. Les prix ont donc baissé et le blé BL2Z3 de décembre sur Euronext, basé à Paris, a perdu 0,4 %. Il est vendu à 237,50 euros (253,67 dollars) la tonne. Cependant, la croissance de la demande chinoise pour le blé français l'a boosté pour atteindre son plus haut niveau depuis 3 semaines.

« Les informations faisant état de nouvelles ventes importantes de blé français vers la Chine sont une bonne nouvelle pour le marché de l'UE à un moment où la Russie et d'autres exportateurs de la mer Noire dominent les nouvelles ventes aux principaux importateurs du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord », a déclaré un négociant allemand.

Économie Ministre des Finances : L'Algérie deviendra un pays émergent dans 3 ans à cette condition

Le blé français attend l'Algérie

Cependant, pour le blé français l'appel d'offres algérien relève d'une grande importance. Selon l'agence Reuters, les négociants ont cité des discussions initiales selon lesquelles l'acheteur public OAIC avait offert environ 270 dollars la tonne, coût et fret compris (C&F). Cela se compare à une offre initiale la plus basse à environ 275 dollars et à la plupart des offres plus élevées entre 280 et 285 dollars. Devant cet appel d'offres, les Russes se sont montrés moins agressifs, ce qui donne de l'espoir aux Français.

Il faut souligner que l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) aurait entamé le processus d’acquisition de la mouture de blé à la suite d’une enchère internationale, a indiqué Reuters. Les premiers achats signalés ont été effectués à un prix d’environ 272 dollars par tonne métrique, frais de port inclus. Bien que le volume total des achats ne soit pas encore confirmé, les premières estimations avancent environ 120'000 tonnes. Toutefois, les négociations sont toujours en cours, les pays qui vont exporter ce blé vers l'Algérie ne sont pas encore connus.


Vous aimez cet article ? Partagez !