Un texte régissant les bureaux de change adopté : quel impact sur le marché noir des devises ?

Le marché de change en Algérie devra connaître de grands changements. En effet, après de longues années d'attente, l'ouverture des bureaux de change est sur la dernière ligne droite. Le Conseil monétaire et bancaire vient d'adopter un projet de règlement relatif aux conditions d'autorisation, de constitution, d'agrément et d'exercice des bureaux de change.

Cette démarche vise à créer les conditions idoines à même de favoriser le déploiement d'un vaste réseau national de bureaux de changes, selon le communiqué de la Banque d'Algérie qui indique que « le Conseil monétaire et bancaire, lors de sa session ordinaire tenue le 21 septembre 2023, sous la présidence de M. Saleh Eddine Taleb, Gouverneur de la Banque d'Algérie, a adopté le projet de règlement relatif aux conditions d'autorisation, de constitution, d'agrément et d'exercice des bureaux de change ». L'adoption de ce projet s'inscrit dans « une démarche progressive qui vise, dans une première étape, à créer les conditions idoines à même de favoriser le déploiement d'un vaste réseau national de bureaux de change, pour faciliter les opérations de change au large public ».

Le communiqué de la Banque d'Algérie précise que le champ d'activités de ces bureaux « englobera plusieurs opérations, notamment celles portant sur le droit ou allocation de change au profit des résidents, pour voyages touristiques ou professionnels à l'étranger, frais d'études et de stage, etc. ». Ce règlement est le « le premier d'une série de textes d'application de la Loi monétaire et bancaire no. 23-09 du 21 juin 2023 et sera suivi par d'autres règlements, qui seront promulgués successivement », écrit encore la Banque d'Algérie.

Économie Gaz : Les exportations de l'Algérie vers l'Espagne en hausse

Quel impact sur le marché noir ?

L'ouverture des bureaux de change aura un impact certain sur le marché noir des devises. Cependant, l'impacte de cette première annonce sera limité étant donné que la Banque d'Algérie n'est qu'à la première étape réglementaire d'une longue procédure pour l'ouverture effective de ces bureaux. L'ouverture très attendue des bureaux de change devra encore attendre. Le marché noir des devises devra encore continuer à exercer son hégémonie sur les opérations de change.


Vous aimez cet article ? Partagez !