Algérie : Le tabac sera plus cher en 2024

Pour l'année 2024, le projet de Loi de finances 2024 se tourne vers le renforcement du pouvoir d'achat. En effet, de nombreux produits alimentaires de base seront ainsi exonérés de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA). Cependant, d'autres produits subiront des hausses conséquentes à l'instar du tabac.

En effet, selon le journal El Watan le projet de Loi de finances 2024 prévoit d’augmenter la taxe additionnelle sur les produits tabagiques de 13 DA. Cette taxe passera donc de 37 à 50 DA ce qui fera grimper inexorablement le prix du tabac en Algérie. Les consommateurs sont donc avertis, en plus de la nocivité du tabac sur leur santé, il touchera aussi leurs proches d'une manière plus importante. C'est d'ailleurs l'un des objectifs de la hausse de cette taxe, explique le gouvernement dans son projet de loi.

Ainsi, cette hausse « vise à réaménager les dispositions de l’article 36 de la loi de finances pour 2002, modifié et complété, ayant institué la taxe additionnelle sur les produits tabagiques, à l’effet de réviser à la hausse le tarif de cette taxe de 37 à 50 DA (augmentation de 13 DA par paquet, bourse ou boîte, soit 35% du montant de la taxe) et de revoir, par voie de conséquence, l’affectation du produit de cette taxe ».

Économie Transformation numérique et nouvelles réglementations : Les défis du secteur bancaire et de l'assurance

La pression fiscale sur le tabac en Algérie est très faible

Le gouvernement explique cette hausse par deux objectifs. Premièrement, avec la hausse des prix du tabac, il veut réduire sa consommation et également la charge de morbidité associée à travers la soumission de ce produit à une forte imposition. L'autre objectif est l'augmentation des recettes fiscales qui vont servir à financer d'autres mesures décidées par le gouvernement.

Il faut dire que le gouvernement considère la taxe déjà appliquée sur le tabac comme très faible. Pour lui, la pression fiscale sur le paquet de cigarettes en Algérie comparativement à d’autres pays reste en dessous de celles appliquées par d'autres pays. Ainsi, cette pression fiscale en Algérie qui se situe entre 50 et 56 % en fonction des prix des cigarettes, est loin de la moyenne qui se situe entre 65 et 87 % dans plusieurs pays. À titre comparatif, elle est de 70 % en Tunisie et de 85 % en France.


Vous aimez cet article ? Partagez !