La parole raciste et antimusulmane s'est libérée en France. La Grande Mosquée de Paris alerte

La France a-t-elle-basculé à droite ? La question mérite d'être posée dans une conjoncture particulière. En effet, alors que les débats sur l'immigration faisaient rage dans l'Hexagone avec leur lot de dérapages racistes, les débats sur le conflit israélo-palestinien s'est imposée pour compliquer les choses avec deux visions opposées.

En effet, plusieurs polémiques ont éclaté suite à la recrudescence des violences en Palestine. Celle qui a opposé le ministre de l'Intérieur à l'ex-international français Karim Benzema est révélatrice du fossé qui se creuse entre deux "France". La conjoncture n'est donc pas à la sérénité dans l'Hexagone. C'est dans cette conjoncture que la Grande Mosquée de Paris s'est exprimée sur la situation.

Cette institution religieuse qui a été prise dans cette vague de polémiques suite aux récentes déclarations de son recteur Chems-eddine Hafiz a à nouveau pris position par rapport à ce qui se passe en France suite au conflit au Proche-Orient. C'est par la voix de son recteur que la Grande Mosquée de Paris a exprimé son inquiétude quant à "libération progressive et inquiétante" d'une parole de nature "raciste et haineuse" visant les musulmans de l'Hexagone et s'inquiète d'une difficile "coexistence religieuse".

Politique Les Algériens, enjeu d'une élection législative sous haute tension en France

Grande Mosquée de Paris : La coexistence religieuse mise à mal en France

Le communiqué de la Grande Mosquée de Paris, publié vendredi 3 novembre, indique que cette institution est "extrêmement préoccupée par la forte montée des actes et des discours portant atteinte à des groupes, des personnes et des biens en raison de leurs appartenances religieuses, quelles qu'elles soient, en France". Chems-eddine Hafiz qui a signé le communiqué, ajoute que la recrudescence des déclarations visant les musulmans "met à mal la coexistence religieuse et aggrave dangereusement les tensions dans notre pays, à l'heure du drame insoutenable qui se déroule au Proche-Orient".

Le premier responsable de la Grande mosquée de Paris a appelé les pouvoirs publics à "prendre toutes les dispositions" pour lutter contre ce phénomène. Il a souligné la prolifération "des actes et des discours antimusulmans" et dénonce à l'occasion "la libération progressive et inquiétante d'une parole essentialiste, stigmatisante, raciste et haineuse contre les musulmans de France".


Vous aimez cet article ? Partagez !