L'Arabie Saoudite et la Russie maintiennent la baisse de production de pétrole : Les cours repartent à la hausse

Les marchés pétroliers sont entrés dans une période de doute. Les prix du pétrole ont connu un net recul, ces derniers jours et ont atteint leur niveau le plus bas depuis plusieurs semaines. Ce recul est dû à plusieurs facteurs, dont la situation économique mondiale qui n'augure pas d'une grande croissance, du moins pour les mois à venir.

Ce lundi 6 novembre, les prix ont commencé à reprendre du poil de la bête. Ils ont connu une relative hausse après les pertes consécutives des derniers jours. Le baril de Brent, référence du pétrole algérien, est cédé à 86,08 USD et le brut américain West Texas Intermediate à 81,93 USD. Certes, les prix sont toujours dans une fourchette basse par rapport aux semaines dernières, mais ils ont connu un début de hausse qui devra continuer les jours à venir.

Cette hausse des prix du pétrole fait suite aux déclarations de l'Arabie Saoudite et de la Russie. Ces grands pays producteurs ont en effet annoncé maintenir leurs baisses de production et d'exportation de brut jusqu'à la fin 2023. Ainsi, le vice-premier ministre russe Alexandre Novak confirme la poursuite de la réduction volontaire déjà annoncée « de 300'000 barils par jour de l'offre de pétrole et de produits pétroliers sur les marchés mondiaux jusqu'à la fin du mois de décembre 2023 ».

Économie Ministre des Finances : L'Algérie deviendra un pays émergent dans 3 ans à cette condition

L'Arabie Saoudite et la Russie boostent les marchés pétroliers

De son côté, l'Arabie Saoudite maintient également sa coupe de production d'un million de barils par jour jusqu'à la fin de l'année. C'est l'agence de presse officielle saoudienne SPA qui le confirme dans un communiqué. Les confirmations de ces réductions ont dynamisé les marchés et relancé les cours du pétrole.

Giovanni Staunovo, analyste chez UBS, indique que « les déclarations des deux pays indiquent que les réductions seront réexaminées le mois prochain afin de décider s'il convient de les prolonger, de les intensifier ou de les supprimer en fonction des conditions du marché ». Il ajoute que « ce processus de révision mensuelle permet à l'Arabie saoudite de garder le contrôle du marché pétrolier, en ajustant sa production en fonction des fondamentaux du marché ».

Il faut dire que ces déclarations parviennent au moment où les doutes se sont installés sur la demande pétrolière mondiale. Toutefois, l'instabilité des marchés devra encore perdurer en raison du conflit israélo-palestinien, qui risque de perturber la région du Moyen-Orient riche en pétrole.


Vous aimez cet article ? Partagez !