Vers un accord sur la production de vaccins entre Saïdal et le Français Sanofi

Saïdal - Sanofi - Ali Aoun - Ministre de l'Inudstrie - Algérie - Vaccins

Le groupe pharmaceutique algérien Saïdal et le Français Sanofi vont bientôt signer un accord portant notamment sur la production de vaccins. C'est ce qui ressort d'un communiqué du ministère de l'Industrie et de la production pharmaceutique qui a fait état d'une rencontre entre le ministre Ali Aoun et une délégation du groupe pharmaceutique français, autour des nouveautés enregistrées par les laboratoires Sanofi en termes de projets de production locale de médicaments.

Lors de cette rencontre qui a réuni le ministre de l'Industrie, Ali Aoun, le vice-président des laboratoires Sanofi, Marc-Antoine Lucchini, le DG de la société Sanofi en Algérie, Eduardo Arce Parellada et le directeur des affaires publiques et économiques des laboratoires Sanofi, Amine Aïssaoui, le membre du gouvernement algérien a exhorté ses interlocuteurs "d'accélérer la signature de l'accord avant la fin du mois de décembre et de lancer directement la production".

Cette décision de se lancer dans la production de vaccins en collaboration avec le groupe pharmaceutique algérien Saïdal, permet à Sanofi d'aller vers la diversification de ses produits fabriqués en Algérie. Et c'est dans ce sens que le groupe pharmaceutique français compte élargir son partenariat avec Saïdal pour la production de vaccins.

Saïdal et Sanofi doivent œuvrer à développer davantage les produits destinés aux diabétiques

Sur un autre registre, le ministre de l'Industrie et de la production pharmaceutique a profité de la présence des dirigeants de Sanofi pour évoquer la question et des produits destinés aux diabétiques en général et de l'insuline en particulier. Il n'a pas manqué de souligner "l’impératif de respecter les délais fixés et d’œuvrer à développer davantage les produits destinés aux diabétiques", non sans mettre en avant "les facilitations accordées en vue de produire la plus grande quantité possible de médicaments en partenariat avec les laboratoires Sanofi pour remédier aux pénuries".

D'ailleurs, dans le même sillage, Ali Aoun s'est félicité de "la stabilité enregistrée dernièrement dans la production de l’insuline qui a permis de couvrir la demande sur le marché local et de mettre fin aux ruptures enregistrées par le passé", insistant sur "la nécessité de relancer l’industrie locale de médicaments en partenariat avec les laboratoires de médicaments afin de réaliser l’autosuffisance". Pour cela, le ministre de l'Industrie et de la production pharmaceutique compte sur le groupe public algérien, Saïdal, mais aussi sur Sanofi dont les laboratoires sont implantés en Algérie depuis près de 40 ans.

Retour en haut
Share via
Copy link