Les cours du pétrole en chute alors que le Brésil va rejoindre l'OPEP

Pétrole

Sale temps pour le secteur pétrolier. Les prix de l'or noir continuent leur chute alors que les pays producteurs de pétrole et leurs alliés se sont mis d'accord pour continuer la politique de réduction de la production. Les marchés n'ont donc pas été impactés par les résultats de la réunion des membres de l'OPEP+ qui a eu lieu le 30 novembre.

Ce lundi 4 décembre, les prix du pétrole ont confirmé la mauvaise santé du secteur pétrolier. Le Brent, référence du pétrole algérien, se négocie toujours sous la barre symbolique des 80 USD. Il est cédé à 78,01 USD. De son côté, le brut américain West Texas Intermediate est cédé à 73,22 USD.

Les prix du pétrole sont tirés vers le bas par la hausse de la production américaine de pétrole brut qui a atteint un niveau record pour le deuxième mois consécutif en septembre. Cette hausse de production US équilibre donc la réduction de la production notamment de l'Arabie Saoudite et de la Russie. En effet, les réductions répétées de la production de l'OPEP depuis le quatrième trimestre de 2022 ont permis de sauver les producteurs américains, d'éviter un effondrement plus important des prix et de leur concéder davantage de parts de marché. De ce fait, la production américaine de brut a augmenté de 224.000 barils par jour (b/j) pour atteindre 13,24 millions de b/j en septembre par rapport à août, selon l'Administration américaine d'information sur l'énergie.

Le Brésil va rejoindre l'OPEP+ pour préparer l'après-pétrole

Les prix du pétrole sont donc au niveau le plus bas de l'année 2023. Les membres de l'OPEP qui veulent contrôler le marché se retrouvent dans l'incapacité de peser encore plus dans la balance pour faire monter les prix. C'est dans cette conjoncture que le Brésil a décidé de rejoindre l'OPEP+. Le président brésilien a affirmé, samedi 2 décembre, que son pays allait rejoindre l'OPEP+, dans le but de "convaincre les principaux pays producteurs de pétrole" de préparer la transition énergétique "sans combustibles fossiles".

"Tout le monde était effrayé à l'idée que le Brésil rejoigne l'OPEP (...) Mais le Brésil ne va pas rejoindre l'OPEP. Le Brésil va rejoindre l'OPEP+", a déclaré Luiz Inacio Lula da Silva à Dubaï, lors d'une table ronde de la COP28. La nuance est de taille, le Brésil ne sera donc pas concerné par les quotas de l'Opep. "C'est important de prendre part à l'OPEP+, car il faut convaincre les principaux pays producteurs de pétrole qu'ils doivent se préparer à la fin des combustibles fossiles", a ajouté Lula envoyant ainsi un signe à ceux qui veulent en finir avec les énergies fossiles.

Retour en haut
Share via
Copy link