L'Algérie leader africain du forage et l'exploration des hydrocarbures

La guerre en Ukraine a confirmé l'importance des hydrocarbures dans le monde. Les énergies fossiles ont encore de l'avenir devant elle, se sont rendu compte les grandes puissances énergivores. Le secteur a cependant besoin de relancer les investissements pour répondre à une demande qui ne sera que croissante à l'avenir.

C'est donc une aubaine pour les pays producteurs des hydrocarbures pour augmenter leur production. Pour y arriver, ces pays doivent explorer de nouveaux gisements. L'Afrique qui abrite d'énormes richesses pétrolières et gazières se retrouve donc dans le centre d'intérêt des grandes multinationales qui activent dans le domaine. La Chambre africaine de l'énergie (AEC) a publié un rapport sous le titre « l'État de l'énergie en Afrique à l'horizon 2024 », allant dans le sens de la nécessité d'investir encore plus dans le secteur des hydrocarbures en Afrique.

Ce rapport indique que les forages d'exploration en Afrique devraient bientôt connaître une augmentation considérable de leur fréquence. Il révèle que le nombre de sites de forage prévus pour la période de 2024 et 2025 reste relativement constant. En effet, le nombre de puits de forage pour l'année 2023 est estimé à 132. Ce nombre sera renforcé de 120 nouveaux puits qui seront forés sur le continent africain en 2024 et 123 en 2025.

Hydrocarbures : L'Algérie et l'Égypte, leaders africains

La Chambre africaine de l'énergie indique dans son rapport que l'Algérie et l'Égypte partageront un pourcentage similaire de ces opérations (forage), en accueillant sur leurs territoires l'équivalent des deux tiers de tous les forages et explorations terrestres prévus au cours de cette période (2024-2025) en Afrique. Les deux pays sont donc leaders africains dans ce domaine. L'Algérie a relancé son secteur des hydrocarbures. Le projet de Loi de finances 2022 a indiqué que l'Algérie comptait sur le forage de 860 puits d'exploration et de développement des hydrocarbures entre 2021 et 2025. Des forages qui vont permettre une augmentation de production atteignant 196 millions de tonnes équivalent pétrole (TEP) en 2025. Cela représente une hausse de 8 % par rapport à la production de 2020.

De son côté, l'Égypte a lancé un programme de 1,8 milliard de dollars pour forer des puits d'exploration de gaz naturel dans la mer Méditerranée et le delta du Nil, a affirmé le ministre du Pétrole Tarek El Molla qui a notamment indiqué que son pays prévoyait de renforcer sa capacité de production de gaz en développant plusieurs champs d'exploration en mer Méditerranée, dans le delta du Nil et dans le désert occidental. Tarek El Molla a révélé que 284 nouveaux gisements avaient été découverts au cours des cinq dernières années dans son pays.

Retour en haut
Share via
Copy link