Les exportations de blé par la France seront-elles sauvées par l'Algérie ?

Champ de blé

Les céréaliers français ont moissonné, cet été, en quantité et qualité. Ils ont récolté 35 millions de tonnes de blé, dont la moitié est destinée à l'exportation. Cependant, les Français perdent de plus en plus de marché, notamment en Afrique du Nord, réputée pour être sa chasse gardée dans ce domaine.

En effet, le blé français est remplacé par le blé russe en Algérie et également au Maroc. La filière céréalière française est donc très impactée par ce changement de fournisseurs. Les exportations françaises sont ainsi en net recul. Les Français ne perdent cependant pas espoir de reconquérir ce marché. « C’est l’Algérie qui retiendra l’attention des opérateurs sur le marché du blé pour le début de cette semaine », indique Agritel dans sa note quotidienne diffusée le 11 décembre 2023.

« L’OAIC lance un nouvel appel d’offres qui couvrira des livraisons sur la totalité des mois de février et de mars 2024. Plus que jamais, cette destination est essentielle à reconquérir par le blé français, en retard dans les exportations depuis le début de campagne », écrit La France Agricole dans un compte rendu en ajoutant qu'« il y a actuellement 4 panamax à destination de la Chine dans le programme de chargement français. Les silos étant pleins, cela ne fait pour l’instant pas réagir la prime et le marché domestique reste peu mouvementé. La cadence des exportations françaises reste lente ».

La filière française de blé en difficulté face à la concurrence

La filière française est donc en difficulté face à la concurrence. L'importance du marché de l'Afrique du Nord, notamment algérien est mise en avant pour venir au secours des céréaliers français. Toutefois, rien n'est encore gagné. En effet, traditionnellement, les céréaliers français vendent la moitié de leur produit sur les marchés européens et, dans la même proportion, hors de l’Union européenne. Notamment en Afrique du Nord.

Mais ces dernières années, de nouvelles données sont à prendre en considération sur le marché mondial du blé. Les marchés algérien et marocain se tournent de plus en plus vers la Russie. Les Algériens ont même changé leur cahier des charges pour le rendre moins favorable au blé français, indiquent certains analystes. La Russie ne s'impose cependant pas seulement en Afrique du Nord, elle gagne des parts de marché dans le monde entier, 49 millions de tonnes de blé consacrées à l’exportation. La Russie couvre, en effet, plus du quart du marché mondial (189 millions de tonnes) .

Retour en haut
Share via
Copy link