L'élimination du marché noir des devises en Algérie remise aux calendes grecques ?

Taux de change - Dollar, euro et dinar - Marché noir des devises

L'élimination du marché noir des devises est l'un des crédos des gouvernements successifs ces dernières années. Les responsables politiques ont, en effet, multiplié les déclarations d'intention sur l'élimination de ce marché. Cependant, jusqu'à présent, rien de concret n'a été réalisé. Le marché noir reste la véritable bourse de change en Algérie.

Le marché noir qui draine des sommes colossales hors de tout contrôle de l'État reste donc un véritable casse-tête pour l'économie nationale. L'espoir de son éradication est né suite à l'annonce de l'ouverture des bureaux de change officiels. Toutefois, ces bureaux de change ne sont destinés qu'à certaines catégories, ce qui présage la poursuite de l'hégémonie de ce marché sur les opérations de change en Algérie.

Le ministre des Finances Laaziz Faid a reconnu indirectement son impuissance devant ce marché lors de la séance questions-réponses face aux sénateurs. Il a déclaré que l’élimination du marché parallèle des devises représentait « un défi majeur qui nécessite des efforts concertés et un travail à tous les niveaux ». Le ministre a ajouté que ces efforts permettront à la fin de « restaurer progressivement la masse monétaire existante au niveau de ce marché ».

Le ministre des Finances ne donne aucune échéance pour l'éradication du marché noir des devises

Pour éradiquer le marché noir, Laaziz Faid souligne que « la réforme du secteur bancaire et financier constitue l’un des aspects essentiels pour cet objectif ». Des réformes qui sont entrées « dans une phase de consolidation visant à améliorer certains aspects ». Il estime que les progrès réalisés à ce jour « sont encore insuffisants compte tenu des capacités des banques publiques et des besoins du marché national ».

Ainsi, en termes simples, le ministre reconnaît la difficulté d'éliminer ce marché comme promis depuis plusieurs mois. Laaziz Faid ne donne aucune échéance ni stratégie pour l'éradication du marché noir qui règne en maître sur les opérations de change. Il est resté vague, d'où le constat que le marché aura encore de beaux jours devant lui. Il faut dire que depuis des décennies, le marché noir s'est installé en Algérie. Celui du Square Port Saïd fonctionne comme une véritable bourse. Il est d'ailleurs le marché de référence pour les taux de change.

Retour en haut
Share via
Copy link