Par le Maroc ou l'Algérie ? Début des travaux sur le gazoduc transsaharien

Au centre d'une bataille acharnée entre l'Algérie et le Maroc, le Gazoduc transsaharien (TSGP) représente un grand intérêt pour les deux pays, que ce soit pour des raisons économiques ou géopolitiques. Devant relier le Nigeria à l'Europe, ce projet revêt donc une grande importance pour l'Algérie et le Maroc. Toutefois, l'Algérie, qui a démontré des prédispositions à investir dans ce projet, a fait de grands pas. En effet, L'Algérie a pris de l'avance sur son rival le Maroc dans cette bataille puisque c'est son « projet » qui est le plus viable à court terme.

Le projet de gazoduc transsaharien se concrétise ainsi de plus en plus. Le tracé passant par l'Algérie qui est l'option semblant la plus réaliste, a fait des pas considérables. Le ministre des Affaires étrangères nigérian Yusuf Maitama Tuggar a évoqué des avancées dans les travaux de réalisation du gazoduc, notamment du côté algérien et nigérian. S'exprimant en marge du 10e séminaire de haut niveau sur la sécurité et la paix en Afrique, clôturé le 18 décembre à Oran, en Algérie, Yusuf Maitama Tuggar a indiqué que des "progrès significatifs et notables" ont été réalisés dans le cadre du projet de ce gazoduc dans les régions, algérienne et nigériane.

Ce haut responsable nigérian a également rappelé que l'Algérie et le Nigeria sont considérés parmi les plus importants pays producteurs de gaz, ajoutant que l'Europe a besoin de cette énergie, ce qui constituait une "opportunité" pour l'Algérie, le Nigeria et le Niger. Il indique que concrètement « du côté nigérian, les travaux de réalisation de la ligne Abuja-Kaduna-Kano sont en progression ». « Il faut savoir que Kano est très proche de la frontière avec le Niger », souligne-t-il, en évoquant le projet de gazoduc transsaharien.

Économie Ministre des Finances : L'Algérie deviendra un pays émergent dans 3 ans à cette condition

Gazoduc transsaharien : Le Nigéria semble privilégier son passage par l'Algérie

Il semble donc que le Nigéria privilégie le tracé du gazoduc transsaharien qui passe par l'Algérie. Yusuf Maitama Tuggar explique qu'un projet d’une telle envergure est d’une importance capitale pour les pays de la région, d’où son souhait de voir le rétablissement de l’ordre démocratique au Niger dans les plus brefs délais, afin de permettre aux populations de la région de bénéficier de ce genre d’infrastructures dans le développement économique et social des pays concernés.  Il faut souligner que l'instabilité que connaît le Niger avait fait peser des craintes sur la réalisation du projet, toutefois, pour les intérêts du Niger, les nouveaux maitres du pays sont sûrement conscients de l'importance de ce gazoduc. Ils devraient faire le nécessaire pour qu'il se réalise.


Vous aimez cet article ? Partagez !