Inflation : les prévisions alarmantes de l'ONU

Inflation en Algérie

Depuis la crise sanitaire, l'économie mondiale n'arrive pas à sortir la tête de l'eau. En effet, cette crise qui a durement frappé le monde a été suivie par la guerre en Ukraine qui a remis à plat les progrès réalisés en quelques mois. Les spécialistes s'accordent donc sur le constat que l'économie mondiale traverse une période sombre. Et comme à chaque crise, ce sont les pays en développement qui sont les plus touchés.

Ainsi, pour cette année, la croissance ne sera pas au rendez-vous, et l'inflation va continuer à sévir. Ce constat amer des institutions financières est partagé par l'ONU. En effet, l’Organisation des Nations unies prévoit un ralentissement de la croissance économique mondiale pour l’année 2024. Elle indique dans son rapport sur la « Situation et perspectives de l’économie mondiale » que le taux de croissance, qui a été de 2,7% en 2023, passera à 2,4% en 2024, toujours inférieur au niveau d’avant la pandémie de Covid-19 (3%).

Ce rapport, publié par le département des Affaires économiques et sociales de l’ONU affirme qu’à court terme, « la persistance de taux d’intérêt élevés, la poursuite de l’escalade des conflits, l’atonie du commerce international et l’augmentation des catastrophes climatiques constituent des défis importants pour la croissance mondiale ». « Les perspectives d’une période prolongée de resserrement des conditions de crédit et de hausse des coûts d’emprunt constituent des vents contraires puissants pour une économie mondiale criblée de dettes », alerte l'ONU.

Pour faire face à cette situation, le secrétaire général de l'ONU déclare : « Nous devons tirer parti des progrès réalisés au cours de l’année écoulée pour établir un plan de relance des Objectifs de développement durable assorti d’un financement à long terme abordable d’au moins 500 milliards de dollars par an, pour les investissements dans le développement durable et l’action en faveur du climat ».

Les pays les plus impactés par l'inflation

Concernant l'inflation, le même rapport souligne que même si le niveau de l’inflation mondiale devrait baisser en 2024 en passant à 3,9% contre 5,7% en 2023, les pressions sur les prix resteront élevées dans de nombreux pays. « Toute nouvelle escalade des conflits géopolitiques risque d’entraîner une nouvelle hausse de l’inflation », avertit l'ONU dans son rapport qui indique que le taux d’inflation devrait dépasser 10% dans un quart des pays en développement. « Les prix à la consommation dans les économies en développement ont augmenté de 21,1% en cumulé, érodant considérablement les gains réalisés à la suite de la reprise après la Covid-19», indique encore le rapport. Cette situation impacte considérablement ces pays, souligne l'ONU .

Li Junhua, Secrétaire général adjoint aux Affaires économiques et sociales de l’ONU note que « la persistance d’une inflation élevée a encore ralenti les progrès dans l’éradication de la pauvreté, avec des conséquences particulièrement graves dans les pays les moins avancés. Si nous souhaitons aider les pays vulnérables à s’engager plus rapidement sur la voie d’une croissance durable et inclusive, il nous faut absolument renforcer la coopération mondiale et le système commercial multilatéral, réformer le financement du développement, relever les défis de la dette et accroître le financement de la lutte contre les changements climatiques ».

Retour en haut
Share via
Copy link