Après l'immigration clandestine, Éric Zemmour veut arrêter l'immigration légale

Eric Zemmour

L'ancien candidat à la présidentielle française Éric Zemmour ne veut visiblement pas faire marche arrière dans son combat contre la présence étrangère en France. Dans un nouvel entretien sur la chaîne BFM TV, le fondateur du parti Reconquête a réitéré ses positions concernant l'immigration, rappelant qu'il ne veut pas seulement arrêter l'immigration clandestine, mais aussi l'immigration légale.

Éric Zemmour est égal à lui-même. Il ne veut plus d'étrangers dans son pays et il le dit le plus clairement possible. Invité dimanche 21 janvier de l'émission BFM Politique, il s'est vivement attaqué à la loi sur l'immigration votée récemment par les parlementaires français, fustigeant notamment le vote des députés du Rassemblement national de Marine Le Pen et du parti Les Républicains d'Éric Ciotti.

"Je pense que cette loi, il n'y a rien dedans, il y a pire que rien, car il y a la régularisation de 10'000 clandestins, en plus des 30'000 qu'on régularise tous les ans, c'est ça que le Rassemblement national et Les Républicains ont voté", fustige Éric Zemmour, qui considère la loi immigration présentée et défendue par le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, comme "néfaste" pour le peuple français. Les députés, notamment ceux du RN et des LR, "ont raté une occasion de ne pas voter une loi néfaste pour les Français", a-t-il affirmé.

Éric Zemmour ne veut pas d'étudiants étrangers

Pour Éric Zemmour, la classe politique française, y compris le Rassemblement national et Les Républicains, veut lutter contre l'immigration illégale, mais il précise clairement que pour lui, le combat doit être mené contre l'immigration légale. "Le président s'en moque, le Premier ministre s'en moque, le RN et LR s'en moquent, tout le monde ne parle que de lutter contre l'immigration illégale […] Moi je veux arrêter l'immigration légale", a martelé l'homme politique d'extrême droite.

Il faut dire que la loi sur l'immigration de Darmanin est fustigée par l'ex-chroniqueur de CNews car elle maintient entre autres le droit du sol, le droit au regroupement familial et du droit d'asile. Même l'accueil des étudiants est remis en cause par Éric Zemmour qui affirme rejeter l'idée d'accueillir 100'000 étudiants par an et préférer "quelques 'haut de gamme' qui apportent vraiment à la France et ne nous coûtent pas". Pour ce qui du droit d'asile, il dit le réserver à "quelques centaines", aux "vrais combattants de la liberté"

Retour en haut
Share via
Copy link