L'Arabie saoudite n'augmentera pas sa production : Le pétrole se maintient au-dessus de 80 dollars

Pétrole

Les prix du pétrole ont de nouveau remonté, ce mardi 30 janvier, après un léger recul la veille en raison des tensions en Mer Rouge et également la liquidation du plus grand promoteur immobilier chinois, perçue comme un signal négatif pour la demande. Ce mardi, le pétrole a retrouvé des couleurs en raison de l'annonce de l'Arabie Saoudite d'annuler l'augmentation prévue de sa production.

En effet, le géant saoudien Aramco va maintenir sa capacité maximale à 12 millions de barils par jour au lieu de la porter à 13 millions comme prévu. L'entreprise pétrolière a reçu l'injonction du ministère saoudien de l'Énergie pour ne pas augmenter sa production. "Aramco annonce avoir reçu une directive du ministère de l'Énergie pour maintenir sa capacité maximale durable à 12 millions de barils par jour (mbj)" au lieu de la porter à 13 mbj comme prévu, a indiqué la société dans un communiqué.

Cette annonce a eu un grand impact sur les marchés pétroliers. Les prix qui ont commencé à dévisser se sont stabilisés. Ce mardi 30 janvier, les prix du pétrole sont en nette hausse par rapport à la veille. Le Brent, référence du pétrole algérien, se négocie à 81,33 USD. De son côté, le brut américain West Texas Intermediate est cédé à 76,50 USD. Les prix du pétrole ont cependant perdu plus de 2 dollars par rapport à la fin de la semaine dernière.

Pétrole : l'Arabie saoudite veut faire primer le prix sur le volume

Il faut dire que les marchés pétroliers sont instables ces derniers temps en raison des tensions en Mer Rouge. Des tensions qui ont eu un impact relatif sur les prix qui ont commencé à reculer étant donné que l'approvisionnement en pétrole n'a pas été impacté. Toutefois, l'annonce de l'Arabie saoudite est venue à la rescousse.

"Le message qui en découle est que l'Arabie saoudite vise à faire primer le prix sur le volume", expliquent les analystes. Toutefois, les yeux sont braqués sur les États-Unis suite à une attaque au drone à la frontière jordano-syrienne qui a tué trois soldats américains. Ricardo Evangelista, de ActivTrades indique, en effet, que "la crainte d'une intensification du conflit, que ce soit par une attaque américaine directe contre l'Iran ou par l'imposition de sanctions strictes sur les exportations (de brut) de Téhéran", exerce une pression à la hausse sur les prix.

Retour en haut
Share via
Copy link