Sans-papiers et sans électricité en plein hiver, une famille algérienne lance un SOS

Famille algérienne - Sans-papiers - France - Bordeaux

Une famille algérienne vit un véritable calvaire à Bordeaux depuis le 8 février 2024. Privée d'électricité dans un immeuble voué à la démolition, les membres de cette famille se retrouvent plongés dans une situation encore plus précaire en plein hiver.

Selon France 3, dans cet immeuble menacé d’effondrement, se logent temporairement 6 familles de sans-papiers. Le père de famille algérien interrogé par le media raconte la misère qu’il vit avec sa femme. "En plein hiver, on n'a ni chauffe-eau, ni rien du tout. On ne peut préparer à manger, ma femme est diabétique, je suis obligé de laisser son insuline sur le frigo," confie-t-il.

Depuis la coupure d'électricité, les 20 occupants de l'immeuble rue Charles-Domerq, dont 7 enfants scolarisés et un bébé de trois mois, vivent dans des conditions insalubres. Sans chauffage ni eau chaude, le quotidien devient un combat. "On n'a ni chauffe-eau, ni rien du tout", témoigne le père de famille algérien, inquiet pour la santé de sa femme diabétique.

Les associations soutiennent les familles des sans-papiers concernées

Face à cette situation intolérable, les associations tirent la sonnette d'alarme. "Ces familles sont déjà en grande précarité, et on leur impose une souffrance supplémentaire avec cette coupure d'électricité. C'est une déshumanisation inadmissible", dénonce Gérard Clabé, bénévole du Réseau éducation sans frontières (RESF33).

L'immeuble, propriété de la société privée Apsys, est voué à la destruction dans le cadre du projet Euratlantique. La ville de Bordeaux affirme avoir alerté les parties prenantes, dont l'État et le Conseil départemental de la Gironde, pour trouver une solution. La préfecture de Gironde, saisie d'une demande d'évacuation, confirme que le dossier est en cours d'instruction.

Le respect des conditions liées à la trêve hivernale est vital pour ces familles. "On demande au propriétaire et aux pouvoirs publics de rétablir l'électricité, de respecter la trêve hivernale et de leur trouver un logement décent", implore Gérard Clabé. La situation de ces familles sans-papiers à Bordeaux reflète la réalité de la précarité en France. En plein hiver, privés d'électricité et d'un logement décent, ces sans-papiers lancent un SOS poignant et appellent à la solidarité.

Retour en haut
Share via
Copy link