Pourquoi des passages de "J'irai dormir chez vous" en Algérie ont été coupés ?

Antoine de Maximy - Kabylie - J'irai dormir chez vous

L'épisode de "J'irai dormir chez vous" consacré à l'Algérie a suscité la curiosité des viewers. Diffusé le 8 mars sur RMC Découverte, il a cumulé plus de 25 millions de vues sur les réseaux sociaux et rassemblé plus de 600'000 téléspectateurs en France. Mais, surprise : certaines séquences ont été coupées au montage.

L’aventurier Antoine de Maximy s'est exprimé sur les coulisses de son tournage et lève le voile sur son voyage en Algérie. Contrairement à ses aventures habituelles, Antoine de Maximy a rencontré en Algérie une certaine réticence à être filmés, et ce, de la part des habitants. Le globe-trotter raconte comment des personnes initialement consentantes ont finalement renoncé à participer.

"En Algérie, y a pas mal de gens qui n'aiment pas être filmés, pour des raisons religieuses d'une part. Et puis, y a beaucoup de gens qui n'aiment pas les caméras [...] Là où ça se complique, c'est que y a des gens qui disent 'oui' au début et puis après, ils changent d'avis et ne veulent plus être dans le film", raconte Antoine de Maximy lors d’un décryptage de son émission.

« J’irai dormir chez vous » en Algérie sans censure

L’aventurier raconte une anecdote. Lors du tournage d'un clip dans la capitale, quatre jeunes ont donné leur accord pour figurer à l'image. Après le départ de trois d'entre eux, une jeune femme est restée avec la reporter et a proposé de l’accompagner dans une terrasse de café pour discuter. Cependant, « plusieurs semaines après mon retour en France, ceux qui étaient partis en voiture me disent qu'ils ne veulent pas être dans le film », regrette-t-il. Respectueux de leur choix, l'aventurier a décidé de ne pas diffuser les images, suivant sa philosophie de tournage basée sur l'authenticité et le consentement.

Malgré les obstacles rencontrés, Antoine de Maximy a livré un récit honnête et poignant de son expérience algérienne. « J’irai dormir chez vous » en Algérie offre un aperçu unique d'un pays en pleine ouverture au tourisme. Le reportage montre, par ailleurs, les sensibilités culturelles à prendre en compte dans le contexte de voyages et de tourisme.

Ainsi, la décision de couper certaines séquences de "J'irai dormir chez vous" ne relève pas d'une volonté de censure arbitraire, mais plutôt d'un respect des choix individuels et des sensibilités culturelles. Antoine de Maximy souhaite avant tout préserver l'authenticité de ses rencontres et garantir le bien-être des personnes qu'il filme.

Retour en haut
Share via
Copy link