Aid al-Adha 2024 en France : Ce qui est interdit par la préfecture

L'Aïd al-Adha, ou Aïd el-Kebir approche à grands pas. Célébré par les musulmans du monde entier, cette fête est connue pour l’abattage rituel de moutons. En France, cette année, l'Aïd al-Adha devrait avoir lieu aux alentours du dimanche 16 juin 2024.

Comme chaque année et à l’occasion de l’Aïd al-Adha 2024, les préfectures françaises rappellent les règles et restrictions en vigueur concernant l'abattage rituel des animaux. En effet, cette opération est strictement encadrée en France. Il est interdit de procéder à l'abattage en dehors de sites agréés par les préfectures. Ces sites, temporaires ou permanents, font l'objet de contrôles rigoureux par les services vétérinaires afin de garantir le respect des normes sanitaires et de protection animale.

Dans le département de l’Hérault, un arrêté préfectoral interdit le transport de ruminants entre le 27 mai et le 22 juin 2024, sauf pour les déplacements vers des abattoirs agréés ou entre élevages déclarés. La préfecture de l'Isère indique que trois sites sont habilités pour l'abattage rituel. Ces sites sont rigoureusement contrôlés par la direction départementale de la protection des populations (DDPP) pour garantir le respect des normes sanitaires et de protection animale.

Société Les chiffres sur les mariages, divorces, natalité et espérance de vie en Algérie (ONS)

Les particuliers n'ont pas le droit d'acheter, de détenir ou de transporter des ovins, caprins ou bovins vivants pour un abattage privé. Cette mesure vise à prévenir les abattages clandestins qui ne répondent pas aux exigences sanitaires et de bien-être animal.

Le non-respect des règles d'abattage entraine des sanctions sévères

En outre, le transport d'animaux vivants vers les sites d'abattage agréés doit également se faire dans des conditions strictement règlementées. Les véhicules doivent être adaptés et le transport doit respecter une durée maximale pour éviter toute souffrance inutile aux animaux.

Le non-respect des règles d'abattage rituel peut entraîner de sévères sanctions. Les contrevenants s'exposent à des amendes pouvant aller jusqu'à 15'000 euros et même à des peines de prison. Les listes des sites d'abattage agréés par département sont disponibles sur les sites internet des préfectures. Ces listes précisent les adresses, les horaires d'ouverture et les coordonnées des sites. Les autorités publiques rappellent que le bien-être animal doit être une priorité tout au long du processus d'abattage. Les animaux doivent être manipulés avec respect et leur souffrance doit être minimisée.

Société À Bruxelles, les musulmans n'ont nulle part où enterrer leurs morts


Vous aimez cet article ? Partagez !