Montée de l'extrême droite : Ce que risquent les Algériens de France

La montée en puissance de l'extrême droite en France et en Europe a suscité une vive inquiétude parmi les communautés d'immigrés, notamment les Algériens vivant en France. La liste du Rassemblement National (RN), menée par Jordan Bardella, a obtenu un score impressionnant de 31,5 % aux dernières élections européennes.

Les immigrés craignent que les politiques de l'extrême droite leur rendent la vie encore plus précaire et plus compliquée en France. La nouvelle loi sur l'immigration, déjà stricte, risque de devenir encore plus dure avec la montée du RN. Le parti d'extrême droite a toujours mis en avant l'immigration comme un sujet central de son programme.

Cependant, certains préfèrent rester optimistes. Ils estimant que les politiques de Jordan Bardella, bien que strictes, pourraient ne pas surpasser les mesures déjà drastiques mises en place par Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur. La loi sur l'immigration de Darmanin a complexifié le processus de régularisation des sans-papiers, rendant leur situation encore plus précaire. Les délais pour soumettre une demande d'asile sont réduits de trois semaines à seulement cinq jours, compliquant ainsi la tâche des demandeurs pour rassembler les preuves nécessaires. Mais ce n’est pas le cas des Algériens établis en France qui sont régis par les accords bilatéraux de 1968.

Voyage & Immigration Visa de travail : Ce métier est en pénurie en Italie et en Espagne

Le RN s'attaque aux accords franco-algériens de 1968

En effet, au lendemain de la victoire de la liste du parti aux Européennes, le porte-parole du RN, Sébastien Chenu, a donné le tempo. Il a promis, si son parti est élu lors des législatives de juillet, de faire une proposition pour abroger les accords bilatéraux franco-algériens de 1968, qu'il considère comme favorables aux Algériens. Ces accords régissent et règlementent les circulations, l'emploi et le séjour des ressortissants algériens en France, leur conférant un statut particulier.

Le RN souhaite également, instaurer la « préférence nationale » en tant que loi constitutionnelle pour avantager une personne de nationalité française par rapport à un étranger, pour l'accès au logement et à l'emploi, notamment. En matière d'expulsion, le parti de Jordan Bardella a indiqué qu'il est pour une immigration irrégulière zéro. C'est à dire, tous les sans-papiers devraient être expulsés du territoire français. Le parti est également favorable à la restriction des libertés religieuses dans l'espace public.

Horizons sombres pour les immigrés en France ?

Quoi qu’il en soit, la victoire de l'extrême droite suscite une inquiétude profonde parmi les immigrants. Brahim, un employé algérien vivant en France depuis 15 ans, exprime son amertume et sa peur face à l'avenir incertain. Pour lui, la France a toujours eu besoin des immigrés pour son développement.

Les statistiques officielles montrent que les immigrés représentent une part importante de la main-d'œuvre dans des secteurs clés comme l'aide à domicile, la construction, l'hôtellerie-restauration, et le nettoyage. Malika, une Algérienne de 36 ans, qui n'a pas obtenu un titre de séjour après cinq ans de présence irrégulière, s'inquiète de devoir retourner dans son pays d'origine.

Voyage & Immigration Le Moby Dada de retour, Algérie Ferries modifie de nouveau son programme

Meziane, un vendeur de vêtements de luxe algérien, régularisé après dix ans de précarité, s'inquiète pour ses compatriotes encore sans papiers. Il insiste sur le fait que l'immigration est souvent un choix forcé, et non une décision prise de gaieté de cœur.


Vous aimez cet article ? Partagez !