Le RN veut supprimer les accords franco-algériens de 1968

Le Rassemblement National (RN), parti d’extrême droite française, a annoncé son intention de mettre fin aux accords franco-algériens. Cette déclaration du porte-parole du parti, Sébastien Chenu, intervient dans un contexte politique particulier suite à la victoire de son parti aux élections européennes.

Au lendemain de la victoire écrasante de la liste menée par Jordan Bardella aux européennes, le Rassemblement National se sent pousser des ailles. Cap maintenant sur les élections législatives anticipées, programmées pour le 7 juillet prochain, après dissolution de l’Assemblée Nationale française par Emmanuel Macron.

Le Rassemblement National entame sitôt sa campagne électorale. En effet, cette déclaration de Chenu n’est pas nouvelle pour le parti d’extrême droite, qui fait des attaques contre l’immigration son cheval de bataille. L’annonce de Sebatien Chenu s'inscrit dans la continuité de la ligne politique du RN, qui a souvent utilisé l'Algérie et les Algériens de France comme thème de campagne pour mobiliser son électorat.

Politique Entrée sans visa à Ceuta pour les Marocains ?

Depuis des années, le RN s'appuie sur des thématiques récurrentes telles que l'immigration et les relations avec l'Algérie pour galvaniser son électorat. Le porte-parole du parti, au micro de BFMTV, a déclaré que son parti proposait d'abroger les accords franco-algériens de 1968, s’il est majoritaire après les élections législatives de juillet prochain. « Sur le dossier OQTF, nous ce que nous proposons déjà, par exemple, c'est d’abroger les accords qui nous lient à l’Algérie de 1968 », a-t-il déclaré.

Les accords franco-algériens au cœur de la campagne électorale en France

Ces accords bilatéraux, surtout ceux relatifs à l'immigration, ont souvent été critiqués par le RN et une partie de la droite française. Les accords franco-algériens, notamment ceux concernant les flux migratoires, sont une cible privilégiée pour le RN. En s'attaquant à ces accords, le parti cherche à capitaliser sur les préoccupations de certains segments de la population française concernant l'immigration.

Cette stratégie vise à renforcer la base électorale du RN en vue des prochaines élections législatives. Les relations entre la France et l'Algérie sont marquées par une histoire complexe et souvent douloureuse. La guerre d'Algérie et ses conséquences continuent de peser sur les mémoires collectives des deux pays. En mettant en avant la question des accords franco-algériens, le RN espère mobiliser ses soutiens et attirer de nouveaux électeurs. La thématique de l'immigration est un terrain sur lequel le RN se sent à l'aise et qu'il maîtrise bien. Cette proposition s'inscrit donc dans une stratégie électorale bien calculée, visant à maximiser les gains électoraux.

Pour rappel, l'Assemblée nationale française a déjà rejeté, le 7 décembre dernier, un texte déposé par Les Républicains, demandant aux autorités françaises de dénoncer l'accord franco-algérien de 1968, qui confère un statut particulier aux ressortissants algériens en matière de circulation, de séjour et d'emploi en France. La proposition de résolution a été repoussée, avec 151 voix contre et 114 pour.

Politique Amnesty international dénonce l’interdiction du voile pour les athlètes françaises aux JO de Paris


Vous aimez cet article ? Partagez !