Le tribunal de Sidi M’hamed ouvrira très prochainement une information judiciaire contre Saïd Bouteflika dans l’affaire du financement occulte de la campagne électorale d’Abdelaziz Bouteflika pour un cinquième mandat.

Selon la même source, l’affaire dans laquelle ont été condamnés plusieurs anciens ministres et oligarques dont, Abdelamlek Sellal, Ali Haddad, Ahmed Mazouz et Mohamed Bairi, n’est pas encore close. L’ancien conseiller du président déchu, qui a été convoqué la semaine dernière, comme témoin sera de nouveau convoqué mais en tant qu’accusé.

Saïd Bouteflika, condamné à 15 ans de réclusion par le tribunal militaire de Blida, pour « complot contre l'État» et « atteinte à l’autorité de l’Armée », a été convoqué en qualité de témoin dans cette affaire, mais s’est refusé à tout commentaire. La décision d’ouvrir cette information judiciaire a été prise après le refus de Saïd Bouteflika de répondre aux questions du juge et du procureur.  

Said Bouteflika a refusé de répondre aux juges

Convoqué samedi 7 décembre, pour témoigner dans l’affaire du financement illicite de la campagne électorale pour le 5e mandat, Saïd Bouteflika, frère et ex-conseiller du président déchu, Abdelaziz Bouteflika a refusé de répondre aux questions du juge d'instruction près le tribunal de Sidi Mhamed à Alger.

En effet, lors de son audition, Ali Haddad patron de l’ETRHB a cité Saïd Bouteflika comme étant l’ordonnateur du transfert de la somme de 80 milliards de centimes du quartier général (QG) de campagne électorale de Bouteflika, situé à Hydra, au siège de l’ETRHB à Dar El Beida « de peur qu’ils soient cambriolés ».

À lire aussi :  Voici le nouvel ambassadeur de l'Algérie en France

Le frère de l’ex-président de la République a été convoqué sur instruction du procureur de la République près le tribunal Sidi M’Hamed. Son nom a été cité par tous les accusés dans l’affaire du financement illicite de la campagne électorale pour le 5e mandat.

Les sommes faramineuses des oligarques pour le cinquième mandat

Le procès des hommes politiques et des oligarques au tribunal de Sidi M'hamed, a levé le voile sur des sommes colossales récoltées pour assurer un cinquième mandat à l'ex-président Abdelaziz Bouteflika.

Le premier patron cité est l'homme d'affaires Hacene Larbaoui qui a déposé 20 milliards au moment ou le président de campagne du président déchu était Abdelghani Zaalane. Il a été suivi par Hocine Metidji avec 10 milliards. Quant à Smaïl Benhamadi, il a contribué avec 39 milliards.