Le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a décidé d’étendre l’utilisation de la langue anglaise à l’université. En effet, parmi les recommandations de la commission sectorielle de renforcement de la langue anglaise, rendues public ce mardi 17 décembre, figure l’obligation de maîtriser cette langue pour avoir accès au master et doctorat à partir de 2020.

Ainsi, dans ce rapport final, la commission recommande l’obligation d’être titulaire d’un ‘B 2’ en anglais afin d’accéder au master et doctorat. Il sera demandé aux étudiants la note minimum de 11 sur 20 pour postuler à la post-graduation à partir de l’année universitaire 2020/2021. La commission a aussi décidé le lancement de cours d’anglais à distance et la création de quatre instituts doctorants pour cette langue au centre, l’est, l’ouest et au sud du pays.

En parallèle, le ministère a décidé de renforcer le partenariat avec le conseil britannique en signant de nouveaux accords avec ce dernier. Il envisage aussi le lancement de cours d’anglais sur internet et la dotation de cette langue de tous les moyens qui peuvent lui permettre de s’épanouir en Algérie.

Il faut rappeler que la décision de remplacer graduellement la langue française par l’anglais a été prise dans le sillage du Hirak. Elle a été très contestée par beaucoup de spécialistes. Ces derniers considèrent que de telles décisions doivent être étudiées avant leur mise en application.

À lire aussi :  Le Maroc profite de la faiblesse du gouvernement espagnol

En effet, le manque d’encadrement et de moyens font que cette option n’est qu’une manœuvre démagogique et politique qui renforce la propagande anti-langue française. L’école algérienne reste ainsi otage d’instrumentalisation politique qui ne prend en aucun cas l’avenir des nouvelles générations.

Lire aussi : L'ALGÉRIE EXCLUE DES BOURSES DE STAGES DES ÉTUDIANTS FRANÇAIS