Le cadeau d'Emmanuel Macron à Abdelmadjid Tebboune

Emmanuel Macron a offert le meilleur cadeau politique à Abdelmaadjid Teebboune, le chef de l'État algérien fraîchement élu. Ce dernier s'en est bien servi. Il a joué le jeu dans une réponse peu diplomatique tout en bien, insistant sur l’exigence de son homologue français pour ouvrir un dialogue avec les contestataires du Hirak.

En effet, Emmanuel Macron n'a pas félicité Abdelmadjid Tebboune de son élection. Le président français s'est contenté de prendre acte. Un geste politique bien calculé qui conforte la position du « huitième président algérien », dont la légitimité est fortement contestée.

Le président français savait très bien qu'une éventuelle félicitation de sa part à Abdelmadjid Tebboune serait reçue comme un soutien de la France à la feuille de route de Ahmed Gaïd Salah. Emmanuel macron a même fait le contraire en soutenant implicitement le mouvement contestataire algérien dit «Hirak».

« J’ai pris note de l’annonce officielle que Monsieur Tebboune a remporté l’élection présidentielle algérienne dès le premier tour. Je n’ai pas, de là où je suis et en ma capacité, à commenter ou à donner des bons ou des mauvais points, ou à faire des pronostics. Il appartient aux Algériens de trouver les voies et moyens dans le cadre d’un véritable dialogue démocratique. Je leur dis, avec respect et amitié, que dans ce moment crucial de leur histoire, la France se tient à leurs côtés. Je souhaite simplement que ces aspirations exprimées par le peuple algérien trouvent une réponse dans le dialogue qui doit s’ouvrir entre les autorités et la population » A déclaré le président français.

Le nouveau chef de l'État élu sous haute tension et dont la légitimité est contestée s'est servi du « cadeau ». Il n'a pas hésité à jouer sur le sentiment anti-français alimenté, notamment, depuis le début du mouvement anti cinquième mandat de Abdelaziz Bouteflika.

« Concernant le président français, j’ai décidé de ne pas lui répondre. Il est libre de vendre sa marchandise dans son pays. Je ne le reconnais pas. Je reconnais seulement le peuple algérien qui a décidé de m’élire comme président » A répliqué Abdelmadjid Tebboune

Le cadeau empoisonné de Macron au Hirak Algérien

Si la déclaration d'Emmanuel Macron n'a pas exprimé une félicitation pour Abdelmadjid Tebboune, elle a bien exprimé, en revanche, son souhait de voir le pouvoir algérien s’asseoir sur la table du dialogue avec les représentants du Hiark. Cette prise de position du président français est perçue en Algérie comme un soutien de la France au Hirak. Une déclaration qui renforce la thèse de « la main étrangère ». Un discours que les tenants du pouvoir n'ont pas cessé d'user contre toute proposition émanant de la rue en ébullition depuis le 22 février.

Politique Entrée sans visa à Ceuta pour les Marocains ?


Vous aimez cet article ? Partagez !