Le procureur général de la ville d’El Kef en Tunisie a ordonné l’ouverture d’une enquête sur un jeune Algérien originaire de Souk Ahras. Ce dernier est accusé d’avoir kidnappé un ressortissant tunisien et d'avoir menacé de l’égorger en raison d’une dette de 900 dinars tunisiens, rapporte jeudi 9 janvier le journal local Essarih.

Le média tunisien indique que la justice tunisienne a lancé un mandat de recherche contre l’accusé de nationalité algérienne. Ce dernier aurait franchi frauduleusement la frontière terrestre entre les deux pays afin de se rendre chez un ressortissant tunisien Ce dernier lui doit apparemment la somme de 900 dinars tunisiens.

La situation se serait dégénéré entre les deux hommes et le jeune ressortissant algérien aurait enlevé sa victime et l’a emmenée avec lui en Algérie. Le suspect aurait agressé la victime et l’a menacé de l’égorger avec un couteau.

Selon la même source, le "ravisseur" avait ensuite libéré sa victime qui, de retour en Tunisie, a déposé plainte contre son agresseur. Une enquête est ouverte pour « enlèvement, agression et menaces à l’aide d’arme blanche » contre le ressortissant algérien.

Pour rappel, les autorités tunisiennes avaient décidé, la veille des fêtes de fin d’année, de durcir leurs mesures de sécurité. La police aux frontières, avait alors décidé d’interdire l’accès à la Tunisie à tout ressortissant algérien jugé « suspect ». Selon certains médias tunisiens, plusieurs Algériens ont été refoulés au niveau des postes frontaliers. Dans certaines situations, des Algériens ont improvisé des manifestations pour protester contre ces mesures.

À lire aussi :  Seine-Saint-Denis : Violente bagarre entre Algériens et Égyptiens

Lire aussi : Des Algériens ferment la frontière avec la Tunisie