L’Association Abane-Ramdane de Tizi Ouzou a décidé de porter plainte contre le directeur de la culture de M’sila Rabah Drif pour ses propos insultants contre l'architecte de la Révolution. Le 1er vice-président de l’Association, le Dr Kamel Daoudi a affirmé ce mardi 14 janvier, sur les colonnes du quotidien francophone Liberté, qu’un collectif d’avocats s’est constitué à cet effet.

Ainsi, l’Association Abane Ramdane pour l'histoire et la mémoire de Tizi Ouzou a décidé de défendre la mémoire de l’architecte de la Révolution algérienne. Elle “dénonce énergiquement ces attaques haineuses et malveillantes contre un des héros de la Révolution”. Son 1er vice-président considère les déclarations du directeur de la culture de M’sila comme une “atteinte grave aux idéaux de la Révolution de Novembre”. Il ajoute qu’elles “ visent plutôt les fondements et le projet révolutionnaire de Novembre 54”.

Excédé par les campagnes de dénigrement dont fait l’objet Abane Ramdane, le Dr Kamel Daoudi déclare : “Nous ne pouvons encore nous taire devant de tels agissements”. Il explique que “Rabah Drif est un commis de l’État qui s’est honteusement attaqué à un de nos martyrs”.

L’association Abane Ramdane considère que la réaction des autorités qui ont limogé le directeur de la culture est insuffisante par rapport à la gravité de ses allégations. Elle appelle “les hautes autorités du pays à réagir pour mettre fin à ces dérives”.

L’importance du congrès de la Soumam

Le Dr Kamel Daoudi a tenu à rappeler l’importance du Congrès de la Soummam dans la Révolution algérienne ainsi que le rôle joué par Abane Ramdane dans sa réussite. Il affirme que “ceux qui avaient, par le passé, accusé Abane Ramdane de traîtrise ont été condamnés par la justice algérienne”.

Le vice-président de l’association Abane Ramdane fait savoir que “la remise en cause du Congrès de la Soummam, grâce auquel la Révolution s’est dotée de structures politiques et militaires qui ont mené la lutte du peuple algérien vers la victoire, relève du déni et de la négation”.

 Le directeur de la culture limogé

Après les propos jugés scandaleux du directeur de la culture de M’sila qualifiant Abane Ramdane de « grand traître », le Ministère de la Culture a décidé de le limoger pour outrage à l’une des figures de la Révolution algérienne. Ce dernier a qualifié les propos de Rabah Drif d’« inacceptables ».

Il faut rappeler que les déclarations du directeur de la culture de M’sila ont soulevé une grande vague d’indignation dans la société. Plusieurs figures politiques ont dénoncé « ces dérapages » et appelé la justice à agir. Il faut aussi signaler que l’association Abane Ramdane n’est pas la seule à déposer plainte, le réalisateur Bachir Derraïs ayant décidé de suivre la même démarche contre Rabah Drif à Alger et à Paris, en France, pour diffamation.

Lire aussi : Algérie : Lakhdar Bouregâa s'exprime après sa libération