Un ressortissant belge se trouve en prison en Algérie depuis le début du mois de décembre 2019. Selon le site belge "7 Sur 7" qui a repris une dépêche de l'agence Belga, il s'agit de Sam Van Campenhout, le manager belge de l'hôtel Sheraton à Alger. Il est poursuivi pour divulgation d'informations secrètes.

« Les autorités algériennes estiment que Sam Van Campenhout a enfreint la loi au moment où il a divulgué, dans un courriel à son responsable de la sécurité de sa société, et basé à Dubaï, des informations relatives à la sécurité et jugées secrètes », écrit le média belge. Ces informations concernent les dernières mesures en vue d'une visite du responsable en question dans plusieurs hôtels en Algérie, selon des arguments avancés par la défense.

La défense du manager du Sheraton Alger précise cependant que l'email n'a eu qu'un seul et unique destinataire et il n'y a pas eu d'autres transferts du message. Histoire de faire comprendre que Sam Van Campenhout n'avait pas de velléités d'espionnage qui font que ce dossier relève du tribunal criminel.

D'ailleurs, les avocats de la défense ont demandé à requalifier les faits dans le but de faire juger le prévenu par un tribunal correctionnel. Ils argumentent leur requête par le fait que les informations transmises « ne sont absolument pas secrètes puisqu'elles étaient accessibles dans la presse algérienne ».

À lire aussi :  Voici le nouvel ambassadeur de l'Algérie en France

Depuis son incarcération, Sam Van Campenhout, né et formé en Belgique, a été auditionné deux fois. La chambre d'accusation a rejeté deux demandes de libération provisoire, déposées par la défense du prévenu. Si la nature criminelle des faits est maintenue dans l'accusation, le prévenu risque une lourde peine, mais s'ils sont requalifiés pour un jugement en correction, il encourt une peine légère.

Lire aussi : Espionnage et corruption : les graves révélations sur un politicien algérien