La police dépendante de la sûreté régionale d’Agadir ont arrêté lundi 20 janvier, un ressortissant algérien en flagrant délit d’adultère avec une femme marocaine. C’est le mari de cette dernière qui aurait tendu un piège à son épouse et son amant algérien avant d’alerter les autorités, selon le média marocain, Chouf TV.  

Selon la même source, la femme mariée marocaine ainsi que son amant algérien, ont été interpellé dans un appartement à Agadir, en flagrant délit d’adultère. Cette arrestation a été rendue possible grâce à l’époux trahi qui avait auparavant, déposé plainte contre sa femme infidèle. Les services de sécurité ont ensuite assiégé ledit appartement, ne laissant à l’amant et à l’épouse infidèle aucune échappatoire.

Le procureur du roi de la ville d’Agadir a ordonné le placement en garde à vue de l’amant et de l’épouse infidèle pour un complément d’enquête.

Au Maroc, plus de 3 000 personnes ont été poursuivies en 2019 pour adultère. Au regard des articles 491 et 492 du Code pénal,  les deux mis en cause risquent un an à deux ans de prison ferme. Selon la loi marocaine, l’adultère ne peut pas être établi par tout mode de preuve. Le Code de la procédure pénale exige le flagrant délit.  L’été dernier, le parlement marocain a étudié la réforme du Code pénal. Cependant, plusieurs organisations féministes ne cessent de réclamer la dépénalisation de l’adultère et des relations sexuelles hors mariage.

Lire aussi : Maroc : Une mineure séquestrée, torturée et violée par un groupe d'hommes