Un nomade algérien âgé d’une vingtaine d’années a été retrouvé mort, la semaine dernière, dans un terrain en jachère dans la localité de Galta, près de la frontière entre l’Algérie et la Tunisie. Il a été enterré sur place par des membres de sa famille sans aviser la police, rapporte jeudi 20 février, le quotidien arabophone Ennahar.  

Selon la même source, les circonstances de la mort du jeune nomade et son enterrement « illicite » par les membres de sa famille ont laissé planer des soupçons d’un fratricide camouflé.

Suite à un signalement, les services de la police judiciaire de la ville d’El Oued, dans le sud est de l’Algérie, ont déterré le corps de la victime pour les besoins de l’autopsie. Une enquête a été ouverte pour connaître les raisons exactes de cette mort suspecte.

Le jeune nomade algérien serait mort dans un accident de moto

Selon les proches de la victime, le jeune nomade algérien était parti, il y a environ deux semaines, à bord sa moto à la recherche des troupeaux de chameaux de sa famille. Il aurait trouvé la mort après que sa moto a fait une embardée. Restés une dizaine de jours sans nouvelles de leur frère, des membres et des proches de sa famille sont partis à sa recherche. Deux jours plus tard, son corps a été retrouvé dans la région de Galta, à 200 kilomètres de la frontière tunisienne.

À lire aussi :  Des sans-papiers algériens arrêtés pour vente de cocaïne

En raison de l’état de décomposition avancée du corps, l’oncle et le frère de la victime auraient décidé de l’enterrer sur place, suivant la tradition de la tribu nomade de laquelle ils sont issus.

Lire aussi : Un Algérien meurt du virus de la grippe porcine en Tunisie