Le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita s’est violemment attaqué à l’Algérie suite à l’épisode de l’ouverture du consulat ivoirien dans la ville occupée de Laâyoune, au Sahara occidental. Le responsable marocain a usé d’ironie pour s’en prendre à l’Algérie qui a réagi, il y a une dizaine de jours, dans un communiqué, suivi plus tard par le rappel de son ambassadeur à Abidjan pour consultations.

Selon le site Yabiladi, qui reprend la déclaration de Nasser Bourita, ce dernier a invité l’Algérie à préparer des communiqués et rappeler ses ambassadeurs. Ironique allusion à la réaction de l’Algérie suite à la démarche de la Côte d’Ivoire que l’Algérie a accusée de violation du droit international. « Celui qui se prépare à rédiger des communiqués et rappeler son ambassadeur pour consultation doit continuer sur cette voie », a indiqué le responsable marocain, sans citer l’Algérie.

Il profitera d’un point de presse avec son homologue burundais pour dire sa satisfaction que trois régions de l’Afrique soient représentées diplomatiquement dans les grandes villes de “la province”, comprendre le Sahara occidental. Pour lui, c’est une preuve de plus que les Africains considèrent le Sahara occidental comme une province du Maroc.

Il y a dix jours environ, le ministère algérien des Affaires étrangères a rendu public un communiqué dans lequel il considérait l’ouverture par la Côte d’Ivoire d’un consulat à Laâyoune comme “une transgression flagrante du droit international“. L’inauguration de cette représentation diplomatique ivoirienne a eu lieu le 18 février.

“Ce genre d’acte émanant d’un membre fondateur de l’UA est une violation des engagements issus de l’acte constitutif de l’UA et une transgression flagrante du droit international et des résolutions du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale de l’ONU concernant la question de décolonisation du Sahara Occidental”, avait estimé la diplomatie algérienne. Quelques jours plus tard, le MAE algérien a rappelé son ambassadeur à Abidjan pour consultations.

Lire aussi : L’Algérie écarte le Maroc de la médiation en Libye