Le coordinateur de l’Union démocratique et sociale (UDS, non-agréé) Karim Tabbou a rejeté toutes les accusations portées à son encontre au tribunal de Sidi M’hamed, à Alger, ce mercredi 4 mars. Il a insisté sur son combat politique et a affirmé qu’il était « l’élève de Hocine Aït Ahmed » et que l’unité nationale était sacrée pour lui.

Ainsi, sur l’accusation de porter atteinte à l’unité nationale, Karim Tabbou a déclaré : « Je pleure quand je me rends compte que mon fils en grandissant apprendra que son père a été accusé de porter atteinte à l’unité nationale ». Il a ajouté que l’accusation portée à son encontre a été formulé contre le militant politique qu'il est, et non le citoyen algérien. Le leader de l’UDS a affirmé devant le juge que son arrestation par les services de sécurité  et son emprisonnement intervient dans un nouveau contexte politique qu’il faut comprendre pour saisir la réalité des chefs d’accusation pour lesquels il est jugé.

Karim Tabbou a aussi affirmé que « son dossier (était) vide » et qu’il était étonné que « sa détention provisoire soit renouvelée à chaque fois ». Il a tenu à rappeler au juge l’attachement de sa famille à l’unité nationale. Il a donné l’exemple de son père qui « a été traîné par le colonisateur français dans la place du village. Les colons mettaient une bouteille de vin sur sa tête ». Il ajoute à l’adresse du juge : « Mon père handicapé est traumatisé par le fait que je sois accusé de porter atteinte à l'unité nationale ».

À lire aussi :  Le Parlement européen ajourne toutes ses missions au Maroc

Rassemblement de soutien à Karim Tabbou devant le tribunal

Des centaines de personnes sont venues soutenir Karim Tabbou. Elles se sont rassemblées depuis la matinée devant le tribunal de Sidi M’hamed (Alger) où se tient le procès du militant. Ce rassemblement qui a drainé une grande foule n’a pas pu être dispersée par la police. Les policiers étaient dépassés par le nombre impressionnant de citoyens présents, malgré les arrestations opérées parmi ceux qui sont venus assister au rassemblement. Parmi les personnes arrêtées, figure le député du FFS Djamel Baloul qui participait au rassemblement.

Lire aussi : Des dizaines de personnalités exigent la libération des détenus politiques