Face à la propagation fulgurante du coronavirus, les laboratoires médicaux se sont livrés à une véritable course contre la montre pour trouver qui un vaccin, qui un remède afin de stopper cette pandémie. Parmi la panoplie des remèdes proposés par ces laboratoires, la chloroquine, présentée comme la solution la plus prometteuse par plusieurs scientifiques.

En effet, la chloroquine anime les débats sur les remèdes possibles au coronavirus. Cette molécule, contenue dans la Nivaquine, ce médicament prescrit contre le paludisme, est au centre l'attention depuis que le professeur français Didier Raoult a assuré qu'il s'agissait du remède le plus efficace à ce jour contre le Covid-19. Le directeur de l'Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection de Marseille a affirmé que les tests opérés sur des patients malades ont démontré l’efficacité de la molécule et ses résultats positifs et très rapides sur les patients.

Le professeur révèle que six jours après en avoir administré à des malades, seulement 25 % d'entre eux étaient encore porteurs du virus, alors que 90 % de ceux qui n'avaient pas reçu ce traitement étaient toujours positifs.

Ces résultats encourageants n’ont pas été pris au sérieux par plusieurs médecins qui remettent en cause l’efficacité du remède ainsi que les méthodes utilisées dans les essais. Néanmoins, le professeur a été appuyé dans ses conclusions par le ministre français de la Santé, qui a annoncé que ce traitement allait être expérimenté « à plus large échelle » par « d'autres équipes indépendantes ».

Ainsi, devant l’inexistence d'un vaccin et d'un remède contre le coronavirus, cette molécule représente un espoir pour endiguer cette pandémie qui a engendré des dégâts incalculables dans le monde, d’autant plus que la chloroquine a l'avantage d’être un produit connu. Les médecins affirment qu’elle ne représente aucun risque pour la santé.

Lire aussi : Coronavirus : De nouveaux symptômes découverts, comment les reconnaître ?