Le peuple algérien peut aspirer à remporter le prix Nobel de la paix 2019, en guise de reconnaissance pour sa Révolution de sourire. C'est ce que soutient la chercheuse Nacima Ourahmoune, dans une contribution fort argumentée publiée dimanche dernier, sur le journal français, France Info.
Depuis le 22 février 2019, le peuple algérien manifeste chaque semaine pour instaurer une véritable démocratie en Algérie. Les marches du Hirak se sont déroulées dans la paix, la fraternité et la joie, sans aucun incident majeur. Ces événements ont forcé l'admiration du monde entier. C'est pour toutes ces raisons que le peuple algérien mérite cette reconnaissance. La Professeure et chercheuse consultante internationale Nacima Ourahmoune avance 9 raisons qui indiquent que le prix Nobel de la paix doit être décerné au peuple algérien.

La contestation au temps du coronavirus

Nacima Ourahmoune affirme que le peuple algérien a pu orienter la politique de crise en cette période de coronavirus. En effet, les "Hirakistes" ont fait preuve d’une grande maturité en clamant la fermeture des frontières, des lieux de culte et des marchés et en alertant sur l’incurie du système sanitaire. Le mouvement citoyen sans leader à sa tête a fait preuve de sagesse et de présence d’esprit, en suspendant toutes les marches jusqu'à nouvel ordre.

À lire aussi :  Libertés en déclin : Le rapport accablant de Human Rights Watch sur le Maroc

Un mouvement dont la doctrine est la Silmya : la paix

L’organisation à l’horizontale du Hirak « le peuple comme un seul Humain », avec pour seule doctrine « la Silmiya » a réussi à destituer l’ex-président Abdelaziz Bouteflika. Suite à l’élection controversée du 12 décembre, massivement boycottée par le peuple, le mouvement a dédoublé de vigueur, en clamant haut et fort l’abolition totale du système politique enraciné dans les entrailles de l’Algérie.

Le Hirak, un combat de nature déontologique

Le prix Nobel de la paix peut être invoqué car le combat du peuple algérien est mené au nom de principes inaliénables, qui découlent d’une éthique déontologique émanant d’un profond sens du devoir. Sans leader à sa tête, les Algériens brandissent drapeaux et slogans pour s’affranchir de « l’injustice ».

Le prix Nobel de la paix car le monde reste sourd

Nacima Ourahmoune souligne que « la tendance de la plupart des analystes à ne voir dans le Hirak qu’un énième soubresaut du "Printemps arabe" empêche de penser le caractère multiréférentiel et universel du combat algérien pour une citoyenneté réelle ».

«Les Algériens n’ont cessé de montrer un patriotisme ouvert sur le monde signalé par une grande acuité dans l’adaptation d’artefacts globaux pour porter des revendications locales », écrit-elle.

À lire aussi :  L'ambassadeur d'Algérie en France reçu à l'Elysée et au Quai d'Orsay

Le Hirak est une plate-forme de protestation inédite

La chercheuse algérienne évoque le Hirak comme « un mouvement de contestation presque liquide, une forme de marée humaine qui pourtant demeure compact ». Un soulèvement pacifique, inclusif, mixte, familial, civique aux dehors d’ambiance joyeuse et solidaire. De quoi désarmer le plus farouche des régimes tyranniques.

Une plate-forme agile, contagieuse, solidaire et ouverte

Le Hirak peint la réussite d’une très large alchimie émanant d’un peuple qui porte la marque de la résistance. Un mouvement qui englobe une jeunesse de toutes classes sociales. Aucune constat de fissure n’a été observé entre le peuple face au pouvoir dont l’instrument est la division.

Le prix Nobel de la Paix car la sécurité du peuple pacifique est plus que jamais engagée

Amnesty International a fait un bilan objectif des multiples souffrances infligées au peuple, faisant le constat des nombreuses arrestations arbitraires. Allant des détenus d’opinions aux journalistes arrêtés pour avoir exercé leur métier, en passant par les porteurs de drapeau amazigh.

La société civile entre en action contre l’épidémie

Le mouvement citoyen est bien plus qu’une simple marche. En effet, une organisation à l’horizontale s’est formée, et ce, encore une fois, de manière spontanée. Main dans la main pour venir à bout du Coronavirus. En moins d’une semaine, les jeunes "Hirakistes" battent le pavé, stérilisateurs en main. Au pied levé, le Hirak met à disposition ses ressources.

À lire aussi :  Éric Zemmour veut abolir le pass vaccinal en France

Le prix Nobel de la paix pour un combat incarné, par-delà les bonnes intentions

Les actes de violence manifestés par le régime en place n’ont cessé d’affluer. Cela dit, les "Hirakistes" n’ont à aucun moment riposté en tombant dans la brutalité. La « Révolution du Sourire »  bien que violée et violentée depuis le départ, demeure toutefois intacte. Le peuple algérien fera un bon gardien du prix Nobel de la paix, selon Nacima Ourahmoune.