Les Algériens demandeurs de visa Schengen seront soumis à de nouvelles mesures après la réouverture des frontières européennes. Les Algériens voulant se rendre dans un pays membre de l'espace Schengen devront présenter un test Covid-19 négatif et, probablement, une attestation de vaccination, a indiqué le site spécialisé Schengenvisainfo, citant un responsable de l’Union européenne.

Selon la même source, la Commission européenne commence à étudier les meilleures dispositions à mettre en place dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. L’Union européenne annoncerait prochainement la prolongation de la fermeture des frontières Schengen jusqu’en septembre prochain. Néanmoins, les responsables européens comptent déjà imposer de nouvelles mesures aux ressortissants non-européens une fois les frontières extérieures de l’Europe rouvertes.

« Lorsque les frontières Schengen seront rouvertes en septembre, si c’est le cas, les demandeurs de visa Schengen devront passer un test coronavirus dont le résultat doit être négatif. Ce test doit être pris deux semaines avant le dépôt de la demande de visa. Il se peut que l’on demande au demandeur de passer un autre test avant de se rendre dans un pays Schengen afin de s’assurer qu’il n’a pas été infecté entre-temps, » indique le responsable européen interrogé par Schengenvisainfo.

Une attestation de vaccination contre le coronavirus

Le même responsable a précisé que si le vaccin contre le Covid-19 est disponible d’ici septembre, les demandeurs de visa pourront être tenus de présenter une attestation de vaccination, surtout si le coronavirus restera actif d'ici là.

À lire aussi :  Comprendre les relations aériennes entre l'Algérie et la France

Il importe de rappeler que la Commission européenne envisage de reconduire la fermeture des frontières Schengen jusqu’en septembre en raison de la propagation du coronavirus. Cette hypothèse serait mûrement réfléchie par les Etats membres de l’UE. Si elle se confirme, cette décision, défendue par le président français Emmanuel Macron, impactera fortement les ressortissants algériens établis en Europe, notamment en France.