Les propositions de la mouture de l'avant-projet de révision de la Constitution ne font pas l'unanimité chez les spécialistes du droit. En effet, de nombreux juristes pensent que le projet préliminaire de révision de la Constitution ne s'est pas attaqué aux véritable équilibres du pouvoir.

L'avocat Hakim Saheb estime, dans une déclaration accordée au quotidien El Watan, que la Constitution doit émaner d'un processus consensuel de toutes les franges de la société. Pour cet ancien député, la mouture de la nouvelle Constitution « porte l'empreinte du déjà-vu ». Les nouvelles propositions ont pour but de « pérenniser le système en place depuis 1962 », soutient-il.

Hakim Saheb, qui est également enseignant à l'université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, considère qu'une nouvelle Constitution nécessite un large débat. Selon lui, ce débat est censé dégager les axes et principes du vivre-ensemble. L'universitaire pense que la conjoncture née de la révolte populaire incite à une réflexion autour des problèmes majeurs de la refondation nationale.

Pour lui, l'émergence d'un nouvel ordre démocratique est le moyen de libérer le pays des contraintes que lui ont infligées le régime et le péril intégriste. A ce propos, il explique que la naissance d'un "nouveau paradigme socioculturel et identitaire" permet d'asseoir davantage de démocratie de proximité. Ce qui passe, selon lui, par une rupture avec le discours idéologique "dominant et archaïque".

Le non-respect de la Constitution est le véritable problème

De son côté, l'avocat et militant des droits de l'Homme Ferhat Sadoud estime que le problème ne réside pas dans la révision de la Constitution. Il se pose plutôt, insiste-t-il, dans l'application et le respect de cette Constitution. Il explique que toutes les Constitutions élaborées sur-mesure ne sont pas issues de la volonté populaire.

Ferhat Sadoud considère que, pour traduire la volonté du peuple, la solution est d'aller vers une assemblée nationale constituante. En outre, il souligne que l'instauration d'un Etat de droit passe par le respect du caractère républicain et l'indépendance des pouvoirs.

Lire aussi : Révision de la Constitution : Un juge démissionne du comité d'experts